lundi 19 janvier 2009

Je pardonne tout aux Québécois

J’aimerais bien ne rien penser pendant la lecture d’un livre. Et encore moins après. Ou pendant et après avoir vu un film. Mais peut-on vraiment s’empêcher de penser ? De comparer surtout. Pourquoi est-ce que mon esprit a besoin d’échelle de valeurs : c’est bon, c’est mieux que… j’aimais mieux quand…

De prime abord, je suis tout à fait favorable aux Québécois, je leur pardonne tout, je les comprends, je m’identifie. Mais ça ne veut pas dire que je ne compare pas.

Cette semaine, j’ai vu Babine et j’ai lu Depuis la fenêtre de mes cinq ans d’Arlette Cousture. J’ai adoré le premier et je suis plutôt tiède envers le deuxième. Suis-je plus sévère avec les livres parce que j’écris ? Je ne devrais pas parler des deux en même temps, mais dans ma tête, tout est lié. Je n’ai pas l’analyse sûre comme d’autres ont la langue bien pendue ou la verve endiablée. Que des impressions.

Et si je dis que j’ai aimé plus un que l’autre, c’est surtout dans ce qu’ils m’apportent. Un enrichit mes mots, me donne envie de mieux écrire. Devant Babine, tout coulait bien, et facilement mon cerveau et mon cœur se sont ouverts à l’histoire. J'ai flotté pendant deux jours et je me serais procuré le coffret de Fred Pellerin illico si j'avais pu. Tandis qu’avec Depuis la fenêtre…, après cinq pages, j’étais irritée. Comment pouvait-on publier un livre qui ressemble à une composition d’une élève de secondaire I ? Si l’auteure n’avait pas été Arlette Cousture, le manuscrit se serait-il même rendu au montage ? Mais comme j’avais déjà une forte réserve d’amour pour cette auteure dont je ne me lasse pas de relire et regarder Les Filles de Caleb, j’ai poursuivi, au moins en diagonale. Je ne dis pas que j’ai tout lu, mais au moins j’ai retrouvé dans quelques pages, dans plusieurs phrases visiblement mieux maîtrisées que ne l’aurait fait une élève du secondaire cette émotion qui fait du bien. Et qui justifie un peu plus sa publication, si tant est qu’elle avait besoin de justification. Pendant trois matins, je reprenais le livre, juste pour voir si un peu plus loin, j’allais accrocher. J’ai accroché suffisamment pour pardonner.

Je le savais dès le début que je pardonnerais. Même si ma tête était fâchée, mon coeur aime inconditionnellement.

(source des photos: archambault.ca et canoe.ca)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire