samedi 3 janvier 2009

Le journal du samedi matin

Je ne lis pas les journaux. Je ne regarde pas les nouvelles. Sauf peut-être celles qui concernent la culture en général et les livres en particulier.

Il était un temps, surtout quand je vivais chez mes parents, le samedi matin, en attendant que le percolateur bouillonne, mon père allait acheter La Presse, La Patrie. Il me laissait les bandes dessinées, mais j’avais déjà fini de déjeuner et j’allais jouer.

Et puis ce matin, un samedi, comme une vieille habitude qui remonte à la surface des jours frisquets où on a envie de prolonger le cocooning, je me suis dirigée sur cyberpresse.ca. J’ai lu deux articles sur le Byebye 2008 pour tomber d’accord sur tout ce qui s’y disait et puis, par plaisir et curiosité, j’ai cliqué sur « livres ». J’ai découvert le blogue de Chantal Guy. Que je ne connaissais ni d’Eve et encore moins d’Adam. Lu un peu en diagonale ses premiers textes. Jusqu’à celui du 15 décembre.

Et parce que j’ai accroché, je cite sa citation de Montaigne :
Ce que Montaigne avait bien compris avant l’Internet: «Nous ne pensons ce que nous voulons qu’à l’instant que nous le voulons et changeons comme cet animal qui prend la couleur du lieu où on le couche. Ce que nous avons prévu à cette heure, nous le changeons tantôt et tantôt encore, retournant sur nos pas. Ce n’est que mouvement et inconstance. Comme des pantins de bois, un fil étranger nous agite. Nous n’allons pas, on nous emporte… (…) Nous flottons entre avis opposés, nous ne voulons rien librement, rien absolument, rien constamment. (…) Je n’ai rien à dire de moi entièrement, simplement et solidement sans confusion et sans mélange. Ni en un mot.»

Rien que pour cette citation, je crois bien que je vais mettre son blogue dans mes favoris. J’ai bien eu envie de réagir, mais ça n’aurait fait qu’un vingt-deuxième commentaire perdu dans une mer qui date déjà de quinze jours.

Je lui aurais dit que c’est tout à fait comme ça que je me sens depuis plusieurs années. Tout le temps en fait, sauf quand un livre suffit à m’accrocher assez longtemps. Ou quand j’écris un roman. Et encore, je trouve qu’on ressemble à ces élèves du secondaire : incapables de se concentrer plus d’une heure sur le même sujet. Incapables de développer, d’approfondir une idée. Le temps d’un blogue tout au plus, ce qui est plus court encore que nos compositions à l’école (le temps d’un instant, j’ai jeté un coup d’œil sur la liste des blogues de cyberpresse et j’ai été jalouse : ils sont payés, eux ! Je prendrais bien un petit cent de temps à temps dans l’année.)
Je l’aurais félicitée, en fait il faudrait que je félicite cyberpresse d’employer le mot blogue, je ne sais pas ce que Internet attend pour franciser le mot (voir détails à ce sujet dans http://fr.wikipedia.org/wiki/Blog#Franciser_l.27anglicisme).
Voilà, je dévie du sujet premier, je deviens le caméléon dont Montaigne parle.

Alors je change de paragraphe pour me taire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire