vendredi 2 janvier 2009

Merci Gilles Vigneault

Pour Noël, j’ai reçu un beau cadeau : le livre de l’intégrale des chansons de Gilles Vigneault. Un livre qui me donne la fierté de demeurer dans le même pays que lui, l’élan dont mon cœur a besoin pour écrire à mon tour de belles paroles sur les gens que je connais, les paysages que j’admire.

« La seule façon d’être universel, c’est être profondément de quelque part ». Gilles Vigneault à Natasquan où j’irai peut-être l’an prochain mais je sais à l’avance que je n’y trouverai pas en une semaine ce que Gilles Vigneault nous en dit depuis 60 ans. Comme Fred Pellerin et son Saint-Élie de Caxton.

Si j’avais à être profondément de quelque part, je ne serai pas de Notre-Dame-de-la-Paix où je demeure depuis 1972, mais de la Petite-Nation, cette région dont les limites ne sont que celles que les gens qui y habitent veulent bien lui donner. Un nom qui vient des temps lointains où Champlain pagayait sur la rivière des Outaouais, que les Algonquins appelaient Oueskarini. Qui a nommé la seigneurie Petite-Nation que Monseigneur Laval a vendu au père de Louis-Joseph Papineau ? Je ne sais trop mais le Patriote, son frère Denis-Benjamin et leur père le notaire ont bâti cette seigneurie qui n’avait alors que cinq lieues sur six, y ont laissé un manoir et des heures d’histoire.

Je n’ai pas encore la notoriété de mon père, Jacques Lamarche, qui en a parlé aussi fort qu’il l’a aimée. Mes mots n’auront jamais l’ampleur de ceux de Vigneault, mais il est plus que temps que je commence à prendre la parole pour dire, pour écrire cette Petite-Nation qui n’a pas besoin d’être une entité administrative ou politique pour exister, pour survivre à tous les autres noms qu’on veut lui donner pour être plus invitante.

1 commentaire:

  1. Oui, l'intégrale des chansons de Vigneault, un très beau livre que je parcoure de temps à autre depuis un an.

    RépondreEffacer