jeudi 30 avril 2009

Un prix pour Roland Poirier

C’était en 1972, jeune professeur d’une année d’expérience seulement. J’arrive à l’école Adrien-Guillaume à Chénéville, où, paraît-il, on s’amuse, on rit, on enseigne, on est bien. Le directeur s’appelle Roland Poirier. Je le connais de réputation, j’ai enseigné avec son épouse, Fleurette, à Saint-André-Avellin, alors il me semble l’avoir vu une fois ou deux aux « partys ».

Il a été mon directeur pendant quatre ans. Seulement quatre ans et pourtant il a changé ma vie. En tout cas, il est encore dans ma vie. On se voit quelquefois, peut-être une fois aux deux ans.
Aussi, quand il lui arrive quelque chose, mon cœur accélère, l’émotion monte, le sourire revient. Il y a quelques années, il m’a demandé de l’aider à corriger un de ses textes. Moi, l’aider??? Alors que c’était lui le directeur, le plus vieux, moi toute petite qui le regardait comme on regarde un mentor. Je suis devenue son égale.

Aujourd’hui il a gagné un prix (lire la nouvelle dans info07.com>>>). Sans éclat, sans flafla. Parce qu’il a écrit une nouvelle publiée dans une revue de la Fadoq.

Par la même occasion, j'ai appris qu'il anime un atelier d’écriture, donc en plus de chanter, de diriger une chorale, il continue d’écrire. Fière de lui, il a toute mon admiration. Surtout, il me donne l’exemple, moi qui essaie d’être publiée chez des éditeurs de Montréal. De quoi je me plains de ne l’être pas. On peut très bien écrire, aider les autres, passer des heures dans l’écriture sans être obligé d’être reconnue à… Montréal. Y a pas que Montréal dans la vie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire