samedi 9 octobre 2010

De la capacité de lire sans interruption

À vingt ans, il m’arrivait souvent de lire toute la nuit, sans interruption. Ou certains samedis – pas d’école, pas de travail – je pouvais me lever vers midi sans avoir déjeuné, m’étant nourri de la lecture d’un roman de toute la matinée. Aujourd’hui, c’est tout juste si je peux lire quinze minutes sans me lever.

Je me précipite sur l’ordinateur pour écrire une phrase qui m’est venue à l’esprit. Ou je me rue sur Internet - comme je l’ai fait pendant des années sur un Atlas ou sur le Robert des noms propres – pour connaître l’auteur, ou chercher où est le Finistère, ou pour savoir ce que veut dire « poujadiste » (je vous laisse le chercher celui-là).

Le matin, alors que mon café refroidit, un bref regard à l’horloge qui me dit : « et la vaisselle, elle ne va pas se faire toute seule! » ou encore « faudrait bien que tu t’habilles » ou pire : « quelle date sommes-nous, tu n’as pas un travail à remettre aujourd’hui? » Envolées les belles heures de lecture.

Le soir, assise bien à l’aise dans mon fauteuil préféré, au salon, je lève les yeux de mon livre aussi parce que l’émission de télé diffusée a l’air intéressante, ayant auparavant enlevé de mon oreille l’écouteur qui devait me couper de la vie télévisuelle, mais qui n’avait réussi qu’à me chatouiller le conduit auditif. Si j’ai tenu trente minutes, je me considère comblée.

Il reste l’été parfois, dans la balancelle, à l’ombre. Si personne ne se pointe le nez, si la chaleur ne m’invite pas à me diriger tout droit dans la piscine. Il reste en voyage, sur une plage, au besoin emmitouflée dans une couverture polar. Si le soleil ne m’y chasse pas. Si la faim ne m’appelle pas.

Et ça c’est quand le livre est intéressant.
Dire que tout auteur qui se respecte doit être aussi un grand lecteur. Si j’écris comme je lis!
Et vous? Où lisez-vous, quand lisez-vous, combien de temps lisez-vous?

(photo de la blogueuse en train de lire L'élégance du hérisson)

15 commentaires:

  1. Dépend des jours, de mon état. Je peux passer 2h à lire, comme je peux tenir 15 minutes, pas plus. Mais je prend très souvent des notes en lisant : des idées, des citations. Si l'idée se développe, je dépose le bouquin et je laisse mon esprit m'emmener là où il veut. Je m'en sors souvent avec une idée de nouvelle.

    RépondreEffacer
  2. Je lis minimum 1h30 par jour, sans interruption, dans l'autobus. C'est le moment où je suis loin de toutes les distractions. C'est vrai que le reste du temps, c'est plus dur.

    RépondreEffacer
  3. Ah ClaudeL, je cours, je cours tellement après mes moments de lecture ! IL m'arrive même d'être contente de passer une heure dans une salle d'attente. Désespérant !

    RépondreEffacer
  4. Je lis partout et pas mal tout le temps. Au travail, je prend mes pauses au salon de lecture donc j'ai 2 fois 15 minutes. Quand les enfants sont couché j'ai mon 30 minutes rituel minimum avant de m'endormir.
    Quand j'ai besoin de décompresser je lis un 30 minutes dans le bain, en me rajoutant régulièrement de l'eau bouillante.
    La fin de semaine, pendant le dodo des enfants, quand je n'écris pas, je lis un bon 2 heures.

    RépondreEffacer
  5. Me semblait aussi que nous en étions pas mal tous là, encore là: à lire dès qu'on peut, où on peut. Sans compter le petit deux minutes que ça nous prend pour se souvenir des chapitres lus, sans avoir à reculer de deux ou trois pages!

    RépondreEffacer
  6. Je lis à tous mes heures de diner. je dine dans la Salle des serveurs de l'entreprise. On tiens ca au frais 67-68 degré F. Une bonne veste et un café. Rituel rarement brisé.

    Et bien-sûr dans mon lit avant de dormir..mais là, le sommeil gagne toujours et trop rapidement !!!

    RépondreEffacer
  7. @Pierre: juste un café pour diner?

    RépondreEffacer
  8. Des crudités, un fruit. Des fois, une barre-repas.Je suis un ti-oiseau le midi...mais le soir et le week-end...Hum..je me transforme en vrai ogre ;)

    RépondreEffacer
  9. Je lis partout et dès que je peux. (Faut dire que je travaille chez moi, ça aide);-)

    RépondreEffacer
  10. @Suzanne: Je travaille aussi chez moi, mais on développe des habitudes et des rituels. Il faut dire que tout dépend du livre aussi. Pour certains, j'envoie promener bien des travaux domestiques ou non.

    RépondreEffacer
  11. Je ne lis pas autant que je le voudrais, mais c'est peut-être parce que je m'applique à mordre dans la vie. Un tas d'autres trucs m'appellent, me passionnent, mérite un peu de mon attention. Tiens, j'aime trop, je crois...! :D

    RépondreEffacer
  12. Je lis dans le métro et euh... sur la bolle!
    Quand je suis vraiment passionnée par la lecture d'un roman, je vais souvent à la toilette et j'ai hâte de prendre les transports en commun.

    Sinon, je suis comme vous. J'ai de la difficulté à tenir plus de quinze minutes. J'analyse, je note et plein d'idées font *pop*...

    RépondreEffacer
  13. Vivant seule depuis plus de 4 ans et travaillant chez-moi, je déjeune, dîne et soupe en tête-à-tête avec un bouquin; cela doit représenter trois à quatre heures de lecture par jour. Lorsqu'un roman est particulièrement savoureux, j'ajoute à ma routine 2 "pauses syndicales"! J'adore ...
    :O)

    RépondreEffacer
  14. Je lis beaucoup, depuis que j'ai dix ans, je lis "comme on respire !" Je lis de tout, du moment qu'il y a cette petite flamme.
    Depuis que mon fils lit, j'ai scindé mes lectures en deux : ceux que l'on lit ensemble - au début, nous lisions à deux voix, un chapitre chacun. On a lu tout Walter Scott ensemble quand il avait huit ans, et les Harry Potter. On a eu de grandes discussions sur le servage, la guerre des deux roses, les templiers et la persécution des Juifs à travers les âges...
    A onze ans, il est parti sur de la fantasy et je l'ai suivi !
    Narnia, Tolkien, Brian Perro, De Silvana, etc... Et on a de grandes discussions sur les mérites de tel ou tel auteur. Du coup, il accepte de lire certains de mes livres, et Maupassant, Pagnol, La guerre des boutons et le tour du monde en 80 jours ont trouvé grâce à ses yeux.
    Par contre, il ne comprend pas que je puisse lire " des livres sur des vrais gens qui sont morts depuis longtemps".
    J'ai vraiment de la chance que l'on partage le même amour des livres. D'ailleurs, chez nous, jeter un livre à la poubelle releverait du sacrilège !
    A moins qu'il ne soit en mille morceaux et officiellement déclaré décédé. Les livres, pour nous, c'est presque une religion...

    RépondreEffacer