vendredi 4 février 2011

Je cours mais je n'avance pas

Je cours parce que je n’avance plus aussi vite. J’ai beau me lever entre six et sept heures, je fais ceci et cela et tout à coup, il est dix heures et je n’ai rien fait. Je n'ai rien créé en tout cas. Tout ce que je fais, ça me prend plus de temps qu’avant. Moins productive. Je cours après le temps. Même penser est plus long qu’avant. Avant quand? Avant quoi? Et puis non, en réfléchissant, en cherchant des points de repère, je m’aperçois que non, ce n’est pas l’âge, non ce n’est pas parce que je suis comme en semi-retraite. C’est que je suis plus minutieuse, que je cherche plus, que je m’attarde aux détails.

Au début de l’ordinateur, mon frère qui tentait par tous les moyens de pression de me convaincre que cette chère petite bébelle, outil de l’avenir, allait me rendre la tâche facile pour monter l’hebdomadaire pour lequel nous travaillions tous les deux (avec quelques autres bien sûr). Ça irait plus vite, "c'est une affaire de rien", "ça se fait le temps de le dire", "tu pourras en faire beaucoup plus". Oui, j’en fais plus, mais tellement plus que finalement, ça ne va pas plus vite.

Dans les derniers dix jours, j’ai monté une brochure de 70 pages, un dépliant en trois volets, mis à jour un site Internet et j’ai envoyé l’illustration de la page couverture de mon livre Les Têtes rousses. Ça peut paraître beaucoup, mais parfois je peux passer une heure sur un détail et plusieurs heures seulement pour envoyer 53 Mo de fichiers, certains compressés, par courriel. Pour tout ce travail, je dois jouer dans une douzaine de logiciels, ce n'est pas vrai que je les connais tous à fond.

Encore ce matin, une grosse heure à chercher comment la pagination d’une brochure s’inversait une fois dans PDF. Une heure à tâter, à faire des essais, ajouter un page blanche à droite ou à gauche, à poser la question sur Google, à chercher autant dans mon logiciel de mise en pages que dans Adobe Reader. Finalement, j’ai trouvé : un crochet à ajouter dans Adobe Reader/affichage/afficher page de couverture 2 pages.

Une heure pendant laquelle je n’ai rien fait de bien créatif. De la technique. Et c’est comme ça pour chaque détail. Je suis devenue une technicienne, autodidacte en plus, ce qui fait que c’est plus long. Adieu la créativité pour laquelle il faut avoir la tête libre.

Je cours après le temps parce que l’ordinateur nous permet tellement d’en gagner qu’au cours des années, j’ai développé mon talent de graphiste: parfois plus de technique, de patience, de recherches que de réelles créations. Je cours après le temps parce que je le perds dans la technique, ce qui m’en laisse peu pour la créativité.

Mais j’aime ça. Je suis contente quand je réussis, quand le produit final est à mon goût et au goût du client, peu importe le nombre d’heures que j’y ai mis. Sauf que j'ai l'impression de ne pas avancer.

(Illustration de Print Master)

7 commentaires:

  1. Tu cours, tu cours et tu n'avances pas ?
    Tu dois être dans un rêve. hihi

    Je crois que chaque petit moment de création génère, au bout du compte, plusieurs heures de technique. Elles sont nécessaires et inévitables.

    Souris.

    RépondreEffacer
  2. @Sylvie: nécessaires et inévitables oui, comme le ménage, quoique je retire quand même plus de satisfaction à trouver où mettre un petit crochet que de voir le dessus du bureau exempt de poussière, mais à la fin d'une journée, j'ai cette impression de n'avoir rien fait. Ce n'est parfois qu'au bout de la semaine que je me dis: "tout de même, j'ai fait ceci et cela". Et même si je n'ai pas fait grand-chose, apprendre à être bien pour comment je me sens et non pour ce que j'ai fait.

    RépondreEffacer
  3. @Sylvie encore: je viens d'y penser: tu n'as sûrement pas besoin de mon petit cours de psycho 101 sur l'être et le faire! hihi!

    RépondreEffacer
  4. Euh... j'la connais pas, la Sylvie dont tu parles. Elle ne traîne jamais sur les blogues... ;)

    RépondreEffacer
  5. @Sylvie, d'accord, j'ai compris, tu as bien raison.

    RépondreEffacer
  6. J'ai beaucoup d'usagers au bureau auquels je dois fournir une assitance informatique. Plus de 500 usagers. Mais déjà avec tous ce que tu nous racontes sur tes professions, tes créations,toutes tes recherches et des mésaventures (bugs) informatique, tu est nettement au dessus de la majorité de mes usagers. Je te trouve VRAIMENT bonne et débrouillarde. c'est à ton honneur. Voilà, c'est dit :)

    RépondreEffacer
  7. @Pierre: wow, tu es comme mon neveu qui me dit que je suis sa ma-tante-techno!
    J'ai appris à me débrouiller parce que je n'ai pas de Pierre pour m'aider... quoique, depuis que je suis partie du marché du travail, celui avec un patron et des ressources, tu es de ceux qui m'apprennent quelques petites choses et je t'en remercie.

    RépondreEffacer