vendredi 29 avril 2016

Comme l'oiseau, recommencer chaque printemps

Quand tu lis sur un réseau social — et non dans un courriel personnel : « Tous ceux et celles dont les textes ont été retenus ont été contactés, et le processus d’accompagnement commencera sous peu. » et que tu n’as pas été contactée, tu viens de comprendre que :
malgré que tes textes ont toujours été retenus lors des précédentes parutions de ce collectif
malgré que la maison d’édition est la même que celle qui publie tes romans
malgré que la réviseure est la même que celle qui corrige tes romans
eh non, ton texte n’y sera pas. 

Tu crains de contracter cette petite maladie de la déception qui peut mener à une conclusion aussi inutile que fausse : je ne vaux plus rien. D’autant que les textes étaient sous pseudonyme, alors ce n’est pas personnel si ton texte a été refusé, pas plus que c'aurait été personnel si ton texte avait été retenu. Donc, c’est vraiment ton texte qui n’était pas bon, pas toi. 

Mais, toi, tu sais que c’est toi qui l’as écrit, pas un pseudonyme!
Mais toi, tu as beaucoup de difficulté à différencier la qualité d’un texte et la compétence de son auteur. 

Et tu lis ce message au même moment où tu es en train de relire ton manuscrit en cours. Il te reste à continuer, à corriger, sans juger, sans comparer. Juste l’améliorer, être meilleur que la version précédente, réécrire au besoin, reformuler. 

Comme l’oiseau qui reconstruit son nid au printemps.


Et tu lis ce message au même moment aussi où tu as acheté un livre où il est question de Wordpress, tu sais ce système de gestion de contenu qui t’obsède depuis plusieurs années, que tout le monde vante et te dit que c’est bien meilleur que Blogger que tu utilises depuis huit ans.

Tu as un site et un blogue et ça fait des années que tu voudrais bien les uniformiser, mieux, les marier, tout regrouper dans un seul site plus au goût du jour, plus dynamique, moins obsolète.

Tu aimes bien fouiller, chercher, apprendre, essayer des nouveautés, réussir. Tu te sens utile et en vie.

Recommencer chaque printemps, comme l’oiseau qui est venu voir si son vieux nid était encore là. 

Mais ce n’est pas aussi simple, bien des difficultés t’attendent, bien des questions déjà se présentent dont la principale est : es-tu compétente? Es-tu capable? Est-ce que ça vaut la peine? Tout ce temps à chercher, essayer, échouer, rester éveillée à te poser des questions. Alors que tu as déjà un site, déjà un blogue. Pourquoi tous ces efforts, ces essais et erreurs? Auras-tu plus de lecteurs, plus de retombées. Simle satisfaction personnelle? Et tout ce temps que tu auras mis à jouer dans le langage informatique, ce sera moins de temps pour être dehors à les observer ces oiseaux que tu aimes, du temps de moins à profiter du soleil qui est de plus en plus chaud, moins de temps pour écrire ton blogue et réviser ton manuscrit.

Le couple de phœbe est jeune, lui. Il peut encore fonder une famille, encore créer, ça vaut la peine de faire des efforts, ça vaut la peine d’espérer, d’essayer, d’affronter les difficultés qui se présenteront. 

Mais toi, tu as l’âge de la retraite et au lieu de prendre tous ces aléas comme des petits deuils, prend-les comme des signaux : au printemps, tu n’es pas obligée de recommencer. 

Seulement jouir de ce que tu as construit depuis soixante-six printemps.

8 commentaires:

  1. Bonjour, Wordpress est vraiment très simple... Dès juin, si vous avez besoin d'un coup de main, je pourrai vous aider. Cependant, je ne suis pas certaine comment transférer le contenu d'un blogue à l'autre. Cependant, je peux vous créer ce blogue et vous montrer comment l'utiliser si cela peut vous aider... Bon courage!

    RépondreEffacer
  2. Garde ta belle sagesse Claude, c'est ce qui te permettra de rester sereine.
    Andrée

    RépondreEffacer
  3. D'abord, d'un blogue à l'autre, on peut créer un lien efficace. Ensuite, cesse tes questionnements. Ils n'étaient nécessaires que pour faire sortir la vapeur (ce que je connais bien). Retourne à ce que tu aimes faire. Moi, je trouve ta détermination exemplaire.

    RépondreEffacer
  4. Madame lit: d'abord un très grand merci de votre offre, c'est gentil.
    Mais ce n'est pas aussi simple mon affaire. Avec les années, j'ai accumulé bien des pages et je porte plusieurs chapeaux.

    si je partais de zéro et que je ne voulais qu'un blogue
    si je n'avais de site
    si je n'avais pas deux noms de domaine (www.claude-lamarche.com et www.despagesetdespages.com)
    si je n'hébergeais pas quatre autres sites
    si je n'avais besoin que d'une ou deux pages pour chaque onglet du menu (65 pages pour voyages et 21 pour bio-genealogie-photographie-publications)
    si je me contentais d'envoyer un lien vers mes huit ans de blogues chez Blogger
    si ça ne me dérangeait pas de voir "comment" au lieu de "commentaires" ou "post" au lieu de "message"

    je pense bien que je me débrouillerais avec wordpress.com
    mais voyez-vous, je veux m'assurer avant même de choisir entre wordpress.com et wordpress.org qu'il répond à mes besoins et mes goûts, que tout soit bien en français et donc que j'aie accès au code pour changer couleur ou fond.

    Je cherche quelqu'un qui pourrait m'aider... en Outaouais, mais est-ce que ça vaut la peine de débourser comme si j'étais une entreprise commerciale?
    C'est seulement pour mon plaisir.

    Mais je serais heureuse un jour de "travailler" avec vous... nous pourrions parler livres pendant les pauses!

    RépondreEffacer
  5. Allô Claude. Je ne sors pas souvent de chez moi mais ton billet était touchant, ça me rejoint. Moi aussi je vis ces questionnements. Mais je pense qu'au final, l'oiseau recommence parce que c'est dans sa nature, il ne peut pas faire autrement. Nous aussi. Parfois on prend de longues pauses, mais je pense qu'on finit toujours par reprendre la plume, pour nous faire plaisir en premier lieu. Ne pas trop y réfléchir, et faire ce qui nous fait du bien, je pense que ça ne peut faire autrement que de porter fruits. Bonne chance!

    RépondreEffacer
  6. Il n'y a que l'humain pour se remettre continuellement en question. C'est ainsi que l'humanité évolue, parait-il.
    Mais de questionnement en questionnement, il faut prendre des pauses, pour se recentrer, pour bien cerner nos désirs, nos besoins.
    C'est à vous de décider si votre ici et maintenant satisfait vos besoins.

    RépondreEffacer
  7. ''Seulement jouir de ce que tu as construit depuis soixante-six printemps.''
    Voilà tout est dit gentille Claude et moi je te suis et suivrai peu importe sur quelle plateforme tu seras. (Celle actuelle que je trouve très bien en passant ou vers de nouvelles avenues ''bloguestres'').

    RépondreEffacer
  8. Merci Rachel, Hélène et Suzanne de commenter. Je lis tout. Comme si on parlait autour d'une table d'un repas commun que nous aurions partagé.

    RépondreEffacer