samedi 25 juillet 2009

Falstrault - Faulstroh

De cela donc, tel que promis.

Bien avant que je m’intéresse à la généalogie, ma coblogueuse cherchait à connaître l’origine de son patronyme : Falstrault. Début des années 1980, son père avait organisé une petite fête de retrouvailles avec un Falstreau émigré aux Etats-Unis qui ne nous avait guère appris grand-chose sinon que l’orthographe du nom avait changé entre Montréal et l’Ohio. Pour cette fête par contre, plusieurs recherches avaient été entreprises aux Archives nationales, au temps où les registres étaient encore accessibles. Nous avions pu remonter jusqu’en 1791 en trouvant une Suzanne Falstrault dont les parents avaient l’air d’être un certain Henry Falstrault et Charlotte Lamarche. Ce patronyme de Lamarche nous a envoyé sur des fausses pistes pendant longtemps, puisque c'était le nom de son beau-père et non de son père: Saint-Mesmin dit Lavictoire. (De plus pour les curieux qui voudraient savoir si c'était Bricault dit Lamarche, non c'était Bariteau dit Lamarche) Ce couple, donc de Falstrault a eu huit enfants dont l’orthographe du patronyme variait de Filracuschor, Foulstrot, Falstro, Faulstroth, à Falstrault.

Avec les souvenirs des uns et des autres, l’arbre a été pas mal complété, mais personne ne pouvait remonter au-delà de cette date de 1791. Comme tous les descendants de la première génération avaient épousé des Canadiennes au nom bien francophone et qui plus est des catholiques, nous ne cherchions pas trop ailleurs qu’en France. Surtout que "ault" c'est bien français.

Je publie donc un petit site avec les noms trouvés. Quelques membres de sa famille corrigent des dates et ajoutent des enfants, des oncles, des mères. Et puis en janvier 2003, un courriel de Dominique Ritchot qui nous annonce que le vrai nom de cet Henry serait Heinrich Faulstroh et il est répertorié dans un livre sur les soldats auxiliaires venus faire la Révolution américaine. Donc Allemand.

Enthousiastes ou plutôt carrément énervées, la recherche reprend de plus belle. Nous nous sommes mises à lire tout ce qui se rapportait à cette révolution américaine, à ces mercenaires allemands. On a acheté le livre : Wilhelmy, Jean-Pierre, Les Mercenaires allemands au Québec, 1776-1783, Éditions Septentrion.

Nous nous sommes abonnées au forum des Hesse-Hanau.

Je me suis mise à m’intéresser plus sérieusement à la généalogie, même si je demeure une amateure. Je croyais bien en rester là, quand, en 2006, nous recevons un autre courriel : une descendante de Faulstroh nous écrit d’Allemagne et nous demande si on connaît une telle qui demeure maintenant aux États-Unis (je tais les noms parce qu’elles ne veulent pas trop que leurs noms soient rendus publics, surtout pas sur Internet et je respecte leur choix). Nous voilà avec des « cousines » descendantes de cet Heinrich. Mais quelle surprise, notre soldat était marié avant d’être engagé (ou probablement loué) pour venir faire la guerre. Et il avait eu le temps d’avoir deux enfants. Grâce à elles, nous avons appris que les Faulstroh (très nombreux en Allemagne alors qu’une petite centaine au Canada, la plupart gravitant dans l’est de Montréal), viennent tous de Rodheim, Hessen, Germany et le plus vieux mariage retrouvé par cette Allemande date de 1630.

Depuis on flotte, on s'informe et je me suis même amusée à écrire un petit texte, publié sur mon site >>> .

Aucun commentaire:

Publier un commentaire