mercredi 22 juillet 2009

Revenus d'un artiste peintre au Québec

L’auteure « de nos stylos » s’est exprimée sur les revenus d’auteur, au tour de l’artiste « de nos pinceaux » d’en faire autant. La question maintes fois posée aux artistes peintres, ce n’est pas tant le prix d’un tableau puisque souvent il est inscrit à côté de l’œuvre, mais parfois surpris, les visiteurs demandent : « combien de temps pour faire un tableau? » La question titille l'artiste (comme les auteurs qui se font demander « combien ça rapporte?) parce que le travail de l’artiste ne se calcule pas en nombre d’heures comme pour un travail de plombier, disons. Certains répondront donc : « le temps d’une vie » puisque c’est toute la vie, l’expérience de l’artiste qui entre en ligne de compte. Et comme dans tout métier ou art, plus la personne est expérimentée, plus ça l’air facile (comme le patinage artistique) et moins l’artiste prend de temps. Ce qui ne veut surtout pas dire que c’est du travail bâclé ou que l’œuvre est moins chef pour autant (chef-d’œuvre !!!).

Deux ou trois façons de calculer le prix d’une œuvre, l’artiste n’expose ici que la sienne. Un galeriste en aura peut-être une autre. Donc la largeur additionnée à la hauteur multipliées par sa cote. Exemple : un 16 pouces plus 20 pouces donne 36 pouces multipliés par la cote 19 égale 684$. L’artiste arrondira à 690 $ probablement. Plus le cadre, plus les taxes s’il y a lieu.

Comment établir la cote demandera-t-on? Un artiste débutant commence en général à 7, puis selon les années d’expérience, les symposiums, les expositions auxquels il participe, selon les prix qu’il remporte, bref selon la renommée, la reconnaissance de ses pairs, la cote augmente. Pas de limite. Et Georgette Pihay rajoutait avec humour: «et après notre décès, tu rajoutes un zéro à la fin».

Si les oeuvres de l'artiste sont en galerie, savoir que la majorité des galeristes prennent 50%, certains plus, d’autres moins. Quelques rares galeries achètent la production de l’artiste, mais la plupart prennent les œuvres en dépôt. Sans contrat, sans garantie.
Question suivante: combien d'oeuvres vendues dans un an? C'est selon. Certains artistes vendent 30 tableaux, d'autres 100, d'autres plus. Et surtout n'allez pas leur dire: «C'est donc un beau passe-temps!» leur sang va se mettre à bouillir.
(photo: artiste peintre à l'oeuvre)

5 commentaires:

  1. Là encore sujet douloureux, quoi que...
    Ca vaut cher une peinture, et le grand public apprécie !
    Bon travail, Louise !

    RépondreEffacer
  2. À Rackham: Pourquoi sujet douloureux? Et ça vaut cher, c'est relatif.

    RépondreEffacer
  3. Douloureux comme les écrits, avec les sempiternelles questions :

    "Et vous faites quoi pour gagner votre vie ?"

    Non ?

    RépondreEffacer
  4. À Rackham, oui, ça se tient comme parcours logique. Mais parler peinture ou art ou écriture, même via de vulgaires considérations monétaires, c'est encore bien plaisant!!!

    RépondreEffacer
  5. Oui, tout à fait...Contrats, droits d'auteurs, ventes d'originaux et peintures, ça me plait et ça fait partie du métier !

    RépondreEffacer