dimanche 27 février 2011

Auteure de l'outaouais: Michèle Bourgon

Avant de publier les réponses de Michèle Bourgon, je voulais me procurer son livre Fatum (qui signifie fatalité, le thème de ses nouvelles), lancé au Salon du livre. C’est fait : acheté, payé, dédicacé. Même quelques nouvelles lues. C’est son premier livre, mais ce ne sont pas les premières nouvelles qu’elle écrit, loin de là (voir la page de l’Association des auteurs de l’Outaouais). Je lui décernerais un prix pour les meilleures chutes, même quand la nouvelle n’a que deux pages, elle réussit à nous surprendre dans les deux dernières lignes.

L’auteure tient un blogue où elle lance quelques petites flèches sur tout ce qui bouge dans le monde scolaire ou politique, écrit généreusement sur Facebook et enseigne la littérature au cégep.

1- Quel genre de livres écrivez-vous?
De la poésie, des nouvelles et des textes d’opinion. Je pense qu’écrire est un geste politique et que l’écriture nous donne un pouvoir. Le pouvoir de s’indigner, de faire prendre conscience, de remercier, de louanger, de critiquer, de provoquer, d’apprécier.. Les écrivains ont un rôle social à jouer.

2- Quand avez-vous démarré votre carrière d’écrivain?
Toute petite, j’écrivais déjà et j’adorais ça.

3- Où vous installez-vous pour écrire?
À mon ordinateur dans ma salle de travail, parfois dans ma classe en observant les étudiants rédiger un examen, d’autres fois j’écris quelques mots dans le noir total, en plein milieu de la nuit pour ne pas réveiller Chouchou.

4- Quel est votre rituel?
Je m’installe à l’ordinateur, je lis toutes les actualités, je repousse le moment d’écrire. Je suis paresseuse. Pour moi, c’est difficile d’écrire, c’est contraignant.

5- Vous considérez-vous comme un auteur de l’Outaouais ou un auteur tout court?
J’adore l’Outaouais qui m’a si bien reçue, mais pour moi, un auteur, c’est quelqu’un qui écrit. Point à la ligne.

6- Chez quel (s) éditeur (s) sont publiés vos livres?
J’ai participé à plusieurs collectifs français et internationaux, mais ici, en Outaouais, Vents d’ouest et Vermillon sont mes éditeurs.

7- Avez-vous essuyé plusieurs refus d’éditeurs et comment avez-vous réagi ? Avez-vous déjà pensé publier en auto-édition?
Comme tout le monde, oui, j’ai eu des refus. Ça fait mal, ça blesse l’égo, mais on ne doit pas oublier que les maisons d’édition ont leur politique éditoriale. Ça ne fonctionne pas là ? On va frapper ailleurs. Il ne faut pas se décourager à moins de ne pas croire en ce qu’on fait.

8- Si vous aviez un million, continueriez-vous à écrire?
Quelle question! Bien sûr ! Je vais écrire jusqu’à ma mort. La richesse ou la pauvreté n’a rien à y voir.

9- Si vous aviez un million, continueriez-vous à publier?
J’écris d’abord pour moi, pour mon propre plaisir, mais j’écris aussi pour être lue. J’ai cet immense désir de partager même si ça me rend folle d’angoisse à cause de la critique.

10- Quelle question aimeriez-vous qu’on vous pose, à laquelle vous vous amusez parfois à répondre?
Et que répondez-vous à cette question?
Qu’est-ce qui vous plaît en littérature ? Tous les écrits qui ont quelque chose à raconter, des informations à donner. Je vais vous surprendre, mais un livre où l’écriture a été très travaillée m’ennuie la plupart du temps.
J’exige des livres qu’ils me parlent pas qu’ils monologuent.

(illustration empruntée aux éditions Vermillion qui a publié le livre de Michèle Bourgon)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire