mercredi 2 mars 2011

Auteure de l'Outaouais: Claire Boulé

Je sais j’avais écrit « dernier », mais il y en a tellement d’autres, alors encore une… J'ai déjà parlé d'elle au temps jadis d’avant le blogue, lire sur mon site>>>

Quand Claire Boulé a pris sa retraite de l’enseignement, elle savait exactement ce qu’elle voulait faire : s’exprimer par l’écriture et les arts visuels. D’ailleurs elle illustre elle-même ses recueils de poésie et de nouvelles. De nombreux prix ont déjà couronné son parcours. Je ne peux qu’admirer la force de ses mots et l'intensité de son propos.
1- Quel genre de livres écrivez-vous?
Poésie, nouvelles, roman. Écriture d’abord inspirée par un lieu.

2- Quand avez-vous débuté votre carrière d’écrivain?
Commence-t-on jamais une carrière d’écrivain? J’ai commencé à écrire toute jeune, à publier des textes dans des revues scolaires. Puis dans des revues littéraires. Les publications de livres sont arrivées tard dans ma vie.

3- Où vous installez-vous pour écrire? Devant une fenêtre.

4- Quel est votre rituel ?
Déjeuner puis café dans mon bureau, regard sur les collines, relecture de ce que j’ai écrit la veille. Souvent musique pour donner un rythme au travail.

5- Vous considérez-vous comme un auteur de l’Outaouais ou un auteur tout court ?
Une auteure tout court, évidemment.

6- Chez quel(s) éditeur(s) sont publiés vos livres ?
Éditions du Vermillon, Écrits des Hautes-Terres, Éditions David.

7- Avez-vous essuyé plusieurs refus d’éditeurs et comment avez-vous réagi ? Avez-vous déjà pensé publier en auto-édition ?
Bien sûr, j’ai eu des refus comme la plupart des auteurs. On continue à écrire et c’est tout. Non, je n’ai jamais pensé à l’auto-édition.

8- Si vous aviez un million, continueriez-vous à écrire ?
Quelle drôle de question ! Bien sûr que oui, sinon cela suppose qu’on écrirait seulement pour être rémunéré… C’est très loin de moi. J’écris pour me sentir vivre.

9- Si vous aviez un million, continueriez-vous à publier ? Bien sûr que oui, on écrit autant pour soi que pour être lu.

10- Quelle question aimeriez-vous qu’on vous pose, à laquelle vous vous amusez parfois à répondre ?
Et que répondez-vous à cette question ?
Que m’arriverait-t-il si je n’écrivais pas ? Je me consacrerais totalement à l’art mais je serais habitée par le manque.

(photo empruntée au site de l'Aaao)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire