samedi 11 juillet 2015

L'été, l'auteure

L’été, l’auteure que je suis est tiraillée, contrariée. Elle voudrait bien écrire, son cerveau continue de travailler en ce sens. Fidèle compagne, sa créativité est au rendez-vous. Tout aussi loyal, son besoin n’est jamais rassasié. Elle sait que le temps file.

Mais (ce mot de nuance qui s’acharne à être dans toutes ses pensées) l’été, l’auteure veut aussi être dehors. Le plus souvent possible. Elle est en manque d’heures de lumière. Dehors pour marcher, pédaler, se baigner (quoique beaucoup moins depuis quelques années, pas si chaud ou son corps se refroidit?). Des travaux extérieurs l’appellent : l’aménagement paysager à refaire après les travaux sur la devanture, l’entretien hebdomadaire de la pelouse (si on peut appeler pelouse tout ce qui pousse malgré ou à cause de l’acidité du sol). Manger dehors, les trois repas si possible. Au sujet des repas, elle en rajoute un peu trop, en hiver aussi, elle mange.

Il y a quelques sorties : un pique-nique, une randonnée en vélo et même trois jours chez un ami. Beaucoup plus de social, l’été : fêtes de famille, la cousine qui vient de loin, l’amie qui n’ose plus sortir en hiver s’annonce. 

Et quand elle est forcée de rester à l’intérieur, parce qu’il pleut ou que le domestique la réclame, que fait-elle l’auteure? Elle va au plus pressé : les travaux payants, le bulletin de quatre pages à monter, un dépliant à remettre, la promotion à préparer pour la sortie de son prochain roman. Mais écrit-elle? Non, elle a hâte de retourner à l’extérieur, profiter du beau temps. 

Malgré qu’elle a un ordinateur tout neuf, donc une batterie qui pourrait tenir plus d’une heure, c’est bien connu un écran, tout brillant soit-il, n’est pas l’idéal pour l’écriture à l’extérieur. Elle s’arrache les yeux, elle s’impatiente après le pavé tactile, elle qui lui préfère la bonne vieille souris. Alors, elle renonce, elle remet l’ordinateur sur le bureau et… retourne à sa chaise longue, un cahier et un stylo à la main. Écrire à la main, c’est tout de même écrire, non? De quoi se plaint-elle?

Que lui reste-t-il à l’auteure sinon les petits jumeaux, potron-jacquet et potron-minet. Et encore, le soir, les heures de clarté étant ce qu’elles sont en été, elle entre tard, elle s’attarde devant un petit feu, elle jase plus longuement, elle se couche plus tard et donc, n’a pas très envie de se lever aux aurores.

L’été, l’auteure qu'elle est ronge son frein et a presque hâte que l’automne revienne. Pourtant non, elle adore l’été, elle adore être dehors, à lire à rêvasser. L’été, elle se sent moins coupable de ne rien faire. 

L’été, l’auteure fait taire l’écrivain qui lui souffle l’idée que peut-être elle ne serait pas une «vraie». Les vrais ont de la discipline et font fi des aléas saisonniers. « Va au diable, lui rétorque-t-elle, je suis qui je suis et je profite de mon été » La diablesse essaie encore d’avoir le dernier mot en lui chuchotant : « de quoi te plains-tu alors? » mais l’auteure ne l’écoute déjà plus, le bruit de la tondeuse couvrant le son de sa voix.

Elle se sent juste coupable de moins écrire. Non, pas coupable, mais frustrée. Demain, quel temps fait-il?

3 commentaires:

  1. Profite de chaque instant pour ce qu'il est. Écrire te revient toujours à ce que je vois depuis quelques années. lol

    RépondreEffacer
  2. Le besoin fut toujours là, pire qu'un boomerang, mais pas toujours publié, resté souvent dans les tiroirs.

    RépondreEffacer
  3. Écrire et prendre l'air c'est possible non?! Recevoir et prendre l'air puis retourner à l'écrit aussi. Mais l'important c'est de prendre le temps, celui de tes envies en évitant que celles-ci ne deviennent une obligation.

    RépondreEffacer