mardi 20 novembre 2018

Entre deux


Entre deux saisons
Entre neige blanche et soleil jaune
Entre froid et vent
Entre matin et soir

Entre deux livres :
Mère d’invention de Clara Dupuis-Morency et Ce qui restera de Catherine Mavrikakis
Entre fiction et autofiction
Corps et tête
L’élève et le professeur
Entre philosophie et folie
Qui nous parlent de Proust, Angot, Cixous
« Dans un très, très beau texte, Abstracts et brèves chroniques du temps, l’écrivaine Hélène Cixous raconte qu’il y a un livre, celui qu’elle n’écrit pas et qui vraisemblablement à la base de tous ses livres […] parce qu’elle n’a pas pu ou su écrire ce livre, qu’elle a fait cette œuvre sublime. »
Des récits, des essais, des écrits qui mènent à Les argonautes et Ça va aller
Dans ma jeunesse, déjà, j’écrivais de l’autofiction,
sans le savoir, sans polémique, sans nommer les choses, sans rien classer ou étiqueter.
Juste écrire. Juste aimer la philosophie. En martelant les verbes avoir et être jusqu’au nihilisme à la mode. Clara Dupuis Morency, elle, ose la minuscule après le point, ou pas de point ou pas de virgule. Entre thèse et récit, être elle-même qui travaille l’écriture.
« Je vois dans Christine Angot une anticipation de Clara Dupuis-Morency, et je voudrais leur dire elle est là, l’écriture […] ce sont sur elles qu’elle travaille, »
À vingt ans, si je n’avais pas tant cherché l’amour, aurais-je écrit une thèse?
Si j’avais trente ans de moins, aurais-je connu les cours de création littéraire?
Aurais-je écrit mieux? Ou plus?
Je n’ai ni l’âge, ni les études, ni le style, ni la violence, ni la force des mots des auteures d’aujourd’hui.
Je suis aussi celle qui écrit sur elle-même.

Entre nomade et casanière
Pas tout à fait ici, pas tout à fait ailleurs.
Juste entre deux.

2 commentaires:

  1. À lire la violence de certaines plumes, je crois qu'on s'interroge toujours quand la nôtre est plus calme, plus posée. J'aime dire le beau et pas seulement dénoncer le noir.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Et moi donc! Mais pour les éditeurs, le beau on dirait que c'est comme l'heureux, ça n'intéresse pas autant les lecteurs, croient-ils.
      À moins que le roman se fasse poésie.

      Effacer