jeudi 13 août 2009

Ecrire, réécrire, transcrire

Je suis loin de prendre autant de notes que lors de ma lecture d’Entheos qui a réveillé chez moi beaucoup de souvenirs, mais page 142 du Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates (je me demande si les auteures ont fait des copier-coller ou si elles ont tapé ce titre chaque fois !) une phrase a retenu mon attention :
« deux entorses aux pouces à force d’avoir recopié les lettres de mes nouveaux amis de Guernesey ».
Je me suis revue en train de réécrire des lettres raturées et même de réécrire tout mes journaux intimes de 1970 à 1976, l’année d’un congé sans solde, année où j'ai essayé de devenir écrivain. En me demandant à chaque réécriture soignée avec plume fontaine à l’encre turquoise comme si j’étais un clerc, un moine ou un scribe, si tous ces mots, toutes ces phrases allaient servir un jour. Tant d’écrivains fouillaient (et fouillent probablement encore) dans leurs lettres, dans leurs journaux comme s’il s’agissant d’un bloc-notes.

J’ai aussi connu le temps du papier carbone, du liquide blanc pour corriger nos erreurs de frappe et des petits rouleaux noirs et rouges des machines à écrire qui nous salissaient les doigts quand on les changeait. Le temps où, si nous n’avions pas de doigté, il nous fallait des heures pour avoir une copie propre, sans rature.

En lisant ces lettres de 1946, du livre des « épluchures », je pensais à ces jeunes nés avec le clavier entre les mains qui, maintenant, n’ont qu’à utiliser le Ctrl C et Ctrl V et envoyer le tout par courriel. J’aurais certes économisé du temps, mais je me serais privée d’un plaisir dont j’ignorais alors qu’il achevait. Pas le temps de la machine à écrire que finalement j'ai détestée, mais celui de la plume fontaine, de sa pointe douce, du majeur parfois taché, de la calligraphie soignée. Et le temps des lettres, de la correspondance, de l'épistolaire. Aujourd'hui, adepte du clavier-souris à mon tour, je sais que j'écris plus, plus rapidement, mais peut-être plus "jetable", faute de peaufiner en recopiant?

(source photo: upload.wikimedia.org)

8 commentaires:

  1. Je lis : "Journaux intimes de 70 à 76".
    Hé bé Claude, tu as du avoir une vie mouvementée, je comprends finalement ta sympathie pour mes textes pirates...;-)

    Je ne commenterais les letres de "46", en plus tu as été précoce de commencer à écrire à 3 ans !
    Sourire...

    RépondreEffacer
  2. Bon, je n'ai pas été claire en effet. Les lettres de 1946 sont celles du livre Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates. J'ai quand même commencé à écrire à 4 ans, mais ça c'est une autre histoire. Suis née en 1950 pour tout régler, quand même après Hergé!

    RépondreEffacer
  3. Dans tes carnets intimes, tu n'as pas un passage un peu galant que tu puisses publier ?
    Tes stats de blogue vont grimper en flêche c'est sûr...

    Moi j'ai menti sur mon profil, suis né en 60 !
    ( Hergé est né en 1907, et est même mort en 1983, le pôvre ! )

    RépondreEffacer
  4. Moi je suis née en 82 ;) Mon père était informaticien, j'ai grandit avec des ordinateurs autour de moi. J'ai appris mon doigté sur un clavier et je n'ai jamais touché à une machine à écrire (sauf deux fois dans un bureau d'avocat où j'ai travaillé et où on devait les utiliser pour remplir des formulaires... la catastrophe, je vous dis pas!)

    Je pense qu'effectivement l'ordinateur permet d'écrire plus vite, mais qu'il faut d'autant plus retravailler les textes par la suite.

    RépondreEffacer
  5. Je suis allé voir votre blog, Gen : Très intéressants ces textes ! Ils sont originaux ?
    Je vais y retourner en tous cas...Bravo !

    Besos
    Jack le pirate

    PS: L'ordi donne une idée de la forme publiée à venir du texte en cours de création. Après, pour sa réalisation, hormis pour les modifs et les envois par e-mail, je ne vois pas où est le temps gagné...

    RépondreEffacer
  6. À Rackham : Je ne peux pas vous dire où est le temps gagné : j'ai toujours écrit à l'aide d'un ordinateur. ;)

    Je sais une chose par contre : le doigté me permet d'écrire des phrases au rythme où je les pense. À la main, il y a toujours le danger de perdre ses idées en cours de route.

    Oui, tout le contenu de mon blog est original. Les deux derniers textes sont les résultats d'un exercice d'écriture (lire le billet sur le CLAO, rubrique "Écriture")

    RépondreEffacer
  7. @ Gen : J'ai connu stylo et ordi, et c'est vrai que je préfère l'ordi, même si je prends des notes au stylo-plume !
    C'est très agréable de taper dans une typo choisie, celle qui préfigure une publication.
    Ah, oui, je suis abonné à votre blog et l'ai mis en favori !

    @ Claude : Juste un petit bonjour car j'utilise ton blog pour mes messages à d'autres...

    Sont sympa ces bloggeurs canadiens !
    Amitiés,
    Jack

    RépondreEffacer
  8. @Rackham: ne vous gênez pas, j'aime bien servir d'entremetteuse!!!
    Quant aux bloggeurs "canadiens", je ne peux pas parler pour les autres, mais pour moi, c'est comme si je disais de vous Européen avant de dire Français. Donc, je suis québécoise avant d'être canadienne ou américaine (on dit à presque tort américain au lieu d'états-uniens d'ailleurs).

    RépondreEffacer