dimanche 16 août 2009

Ma Petite-Nation

Même si les changements de ce modèle ne sont pas terminés (l'aide de Blogger -- ou de quiconque-- tarde), je continue à écrire mes billets en faisant bien attention à avoir des titres courts qui ne prennent qu'une ligne. Quitte à passer pour une très mauvaise graphiste-qui-ne-devrait-pas-montrer-un-produit-imparfait.

Ce matin, je peux enfin annoncer ma petite nouveauté qui devrait plaire à Rackham qui me presse (façon de parler, mais tout de même, deux fois il a posé la question) de publier ici des textes de mon cru. Je réponds donc que mon blogue n'a pas été fait pour publier des textes inédits que je garde pour d'éventuels éditeurs, mais je peux bien aiguillonner les lecteurs vers des textes déjà parus.

Ainsi, en 2000, j'ai fait paraître en auto-édition un livre intitulé Visions de la Petite-Nation où je présentais 17 artistes peintres qui avaient peint ma région bien-aimée. J'en avais profité pour glisser quelques textes que leurs tableaux m'avaient inspirés. Ce sont ces textes que je reprends dans une sorte de livre électronique (rien à acheter, c'est gratuit, sauf que vous ne pouvez pas imprimer, je protège quand même mes droits d'auteur!).

Les dernières semaines, j’ai cherché le meilleur moyen de présenter ces textes. J’ai éliminé le blogue, je voulais quelque chose de plus permanent, d’accessible sans chercher la date de parution. J’ai fureté du côté du livre électronique (ebook pour les Français) en cherchant un logiciel qui me permettait d’en créer un sans le « donner » à un site qui héberge ce genre de publication. Parmi les nombreux sites visités, deux (un et deux) me plaisaient bien, mais je ne suis pas prête à investir dans un autre logiciel et je cherchais plutôt en français bien évidemment. Je compris que les pages «flip», pour l’instant ce sont surtout pour les albums photos, revues, journaux. Pour un livre, illustré ou non, je voulais rester simple. Et comme de toute façon, ça passait par des fichiers PDF ou HTML, je me suis dit que je commencerais par faire le montage, exporter mon fichier PDF et ensuite je verrais bien l’effet.

Ce matin, j’ai pris ma décision, peut-être en changerais-je au gré de mes découvertes subséquentes, mais après le mini-échec de la mise en place du nouveau modèle de blogue, je n’allais pas encore m’aventurer dans des sphères trop hautes pour mes capacités. Alors, le voici, le voilà, gens de lectures, gens d'écritures, cliquez sur le livre ou ici >>>, ajoutez-le fichier à vos favoris, lisez à votre rythme et revenez m’en dire que du bien, si possible.
Bon, d'accord, en voici un petit aperçu:
Rivières de chez nous, parfois sauvages, parfois ravagées. Comme la vie en cascades, rarement silencieuse, la rivière se repose parfois en étang. Emportant sur son passage, dans ses bras, dans ses bagages, avec sa force et son courage, avec ses tourments et ses méandres tous ses chagrins, tous ses élans, ce qu'elle bouscule, ce qu'elle charrie de jour et de nuit, de soleil et de lune, entre vallons et forêts, entre roches glissantes et sable granuleux, la mémoire des âges.
(image: montage de l'auteure-graphiste)

3 commentaires:

  1. Ainsi je te presse, Claude ? Oui, c'est vrai...( Mais pas derrière la commode, quoi que...:-)
    Alors, il est où ce livre électronique, ou j'ai rien compris ?
    Oui, bonne idée : Un auteur doit publier des textes, c'est comme ça, y' a pas à discuter !
    Besos et merci Claude.
    Jack

    RépondreEffacer
  2. Tu cliques sur le livre.
    Bon je ferai un autre lien.

    RépondreEffacer
  3. Voilà, j'ai téléchargé. Je vais lire...

    RépondreEffacer