mardi 4 décembre 2012

Ce matin, j'ai voulu


Peut-être une feuille au vent.
Peut-être que ça ne tiendra pas longtemps.
Peut- être parce que le temps est gris et dehors ne m’attire pas ou sinon quelques heures à peine.
Mais, voilà je m’y suis remise. Un peu. J’ai fusionné les fichiers, je les ai rassemblés, j’ai créé un dossier.
Sans titre pour l’instant, mais paginé.
Un cahier tout neuf, un stylo que j’aime. Pour prendre des notes. Journal du roman.
Une toute petite feuille de style pour le texte et les titres. C’est un début.
Je n’ai rien lu, encore moins corrigé. Rien écrit non plus. Juste une mise en place. À peine un réchauffement.
Je reviens de loin. Rien touché de cette histoire depuis… depuis… deux ans je dirais, si ce n’est plus.
Peut-être s’envolera-t-elle ou tombera-t-elle d’elle-même.
37 890 mots récupérés du premier manuscrit. Des mots dont personne ne voulait.  
Au moins, ce matin, je les ai voulus. Reste à les aimer.
Au moins, j’ai essayé.
Un an après que… que... après que Les Têtes rousses soit paru.
Comme la feuille de lilas, même flétrie, même meurtrie, je m'accroche.
Et j'ai recommencé à écrire un roman.

(photo prise par l'auteure)

17 commentaires:

  1. Superbe photo... Belle inspiration pour écrire...

    RépondreEffacer
  2. Et nous aussi, on veut bien que tu veuilles, tu écris bien Claude, j'ai hâte de te lire. Y a-t-il des chances que je trouve ton livre à Mont-Laurier?

    RépondreEffacer
  3. Merci Andrée, c'est la première photo prise avec mon objectif 70-200, j'attends encore le ciel bleu pour faire mieux!

    RépondreEffacer
  4. Marie-Claude. Si tu parles de mon dernier roman, il a paru il y a un an, alors s'il est encore dans une librairie à Mont-Laurier, ça me surprendrait.
    1- Tu peux le demander, le ou la libraire peut le faire venir.
    2- Tu peux te le procurer via Internet, disons ruedeslibraires.com
    3- Tu peux te le procurer via mon moi-même!

    Si c'est du prochain roman dont tu parles, on a le temps de s'en parler... il n'est pas encore écrit et encore moins publié. C'est pas un tableau, tu sais, ça ne se crée pas en un jour ou deux!

    Merci de ton passage.

    RépondreEffacer
  5. Bravo pour ce beau projet! Le plus difficile est de commencer, ensuite maintenir une constance. Même si on ressent une certaine déception, je suis certaine que de briser la glace comme tu l'as fait, te procure un sentiment de satisfaction.

    Bonne continuité, Claude!

    RépondreEffacer
  6. Merci Anne, toi qui marie si bien mots et photos et le fait avec constance.

    RépondreEffacer
  7. Dans les épreuves quotidiennes, écrire fait du bien.

    Quand les épreuves sont trop lourdes, écrire devient impossible.

    Alors si la plume recommence à te chatouiller, c'est bon signe. :)

    RépondreEffacer
  8. La plume chatouille pas mal fort, hihi!

    RépondreEffacer
  9. Tu as toute mon admiration! Un pas à la fois et tu verras où ça te mène!

    RépondreEffacer
  10. À Pierrôt et Sylvie: Tiens, mes caravaniers préférés (je ne m'en cache même plus) qui viennent faire un tour par chez nous. Oui, un pas à la fois et être heureuse de chacun.

    RépondreEffacer
  11. Ce matin, j'ai souris... à la lecture de ce beau billet. :))
    C'est comme s'il disait que le ciel est définitivement plus bleu que gris. Que le pire est derrière et le mieux, pas juste devant, mais là où nos pieds se trouvent en ce moment même. Joie.
    Quel plaisir de te savoir la plume à la main. ;)

    RépondreEffacer
  12. À Sylvie: tu dois bien t'en douter, le cerveau, le mien en tout cas, est un peu en retard par rapport au corps. Le corps va mieux depuis un bout, mais mon esprit et mon coeur vagabondaient - et vagabondent encore - dans le questionnement et le doute en ce qui concerne mon statut d'auteure.
    Mais ils ont accepté de faire un essai.

    RépondreEffacer
  13. Oh-oh! L'auteure se réveille. Avec l'arrivée des premiers flocons. J'espère que tu poursuivras sur ta lancée... :)

    RépondreEffacer
  14. Isa, j'espère aussi. En tout cas, ce matin encore une petite heure à retrouver les scènes, les personnages, à relire un petit peu, les doigts sur le clavier.

    RépondreEffacer
  15. Bonne manière de commencer : par le commencement ! Quand l'ordre se fait dans le matériel, comme une invite, un clin d'oeil, un sourire, le reste, j'en suis sûre va vouloir s'étendre et prendre ses aises.

    RépondreEffacer
  16. Venise, j'aime toujours autant ta façon toute personnelle, mi abstraite, mi claire de présenter les choses. Comme une force douce.

    RépondreEffacer