Aucun message portant le libellé Lectures. Afficher tous les messages
Aucun message portant le libellé Lectures. Afficher tous les messages

jeudi 9 mai 2019

Entre figuier et pins, le bleu du ciel

Hier, j’ai envoyé à l’imprimeur mes deux fichiers PDF, celui du texte et celui de la couverture de mon roman Héritages-Les têtes dures. Ai-je eu l’impression de sauter dans le vide, dans l’inconnu? Non, mais j’ai fait un pas en avant.

De retour du bleu du sud, j’avais pris ma décision : finie l’attente d’un éditeur, sans pour autant jeter mon manuscrit au fond d’un tiroir. La période sombre, celle du doute et des questions, celle de l’attente, de la recherche d’éditeurs, celle du regard sur les autres livres publiés est derrière moi. Je ne veux pas me définir comme une écrivaine ratée ou déprimée, sans pour autant me croire une auteure géniale.

J’ai fini de rêver, je ne suis pas, ni n’ai jamais voulu être London Sydney Drake dans Le seizième roman de Christine Lamer qui multiplie les circuits promotionnels comme d’autres collectionnent les montres en or. Je ressemble et j’ai toujours voulu ressembler à Réjean Ducharme, Marie-Claire Blais et même le Nathan Fawles, création de Guillaume Musso dans La vie secrète des écrivains : un peu à l’écart de tout le tapage promotionnel.

Je n’ai hésité que sur quelques détails : choisirai-je Bouquinbec avec l’avantage de la publication en numérique, de la visibilité dans des Salons, de la distribution dans quelques librairies ou juste une autoédition (j’ai ressuscité Elleffe de mes premières années de travailleure autonome), avec quelques exemplaires papier, un fichier PDF sans DRM que je mettrai à la disposition de ceux qui préfèrent la version numérique et pas de lancement avec toute l’organisation que ça demande et auquel ne viendraient de toute façon que ces mêmes amis qui ont déjà réservé leur exemplaire?

J’ai eu la chance que Christian Quesnel accepte à nouveau de créer la page couverture, elle sera donc un peu différente de mon premier jet (voir dans la colonne de droite de ce blogue). J’ai revu le montage une dernière fois. Et j’ai plongé. Ce sera une fin "de carrière" toute simple et modeste. Je suis déjà ailleurs.

2019 est une année différente, comme bien des fins de dizaines pour moi. Une année charnière. Entre-deux. Avant, j’étais une travailleure autonome qui voyageait, qui rencontrait des voyageurs comme moi, qui ne pensait qu’à lire et écrire. En 2019, il y eut cet hiver bleu. Quatre mois dans le sud, au même endroit, sans trop bouger. Autour de retraités qui dansent, qui jouent aux cartes, qui font de la moto, du vélo. Qui rient, qui sourient et disent bonjour. Qui montrent les photos de leur famille, qui téléphonent à leurs enfants par Facetime, Messenger. L’apéro en petits groupes. Qui s’entraident, qui parlent de voyages, de plages, de météo bien sûr.

Un gros mois que je suis de retour et je pense à eux et à ce sud chaque jour. Les trois Lise, André, Micheline et Daniel, mes voisins. Où sont-ils? Que font-ils? Hier encore, en regardant la position de mon satellite pour la télévision, je me suis demandé dans quelle direction il était pointé : sud-ouest. Donc, le lac Okeechobee serait du côté de l’école, la grande fenêtre de ma caravane donnerait sur la forêt. Je revois mon grand figuier. En levant les yeux, les grands pins rouges me rappellent que je suis ici, pas là-bas.

Je ne suis plus la même. J’ouvre un livre, je le referme. J’espère seulement une autre journée de ciel bleu. De 16 à 17 heures, je tourne un peu en rond : chez qui pourrais-je aller prendre l’apéro? En un hiver, je suis devenue retraitée. Qui plus est, une snow-bird.

Le cœur un peu tiraillé entre ma solitude bien-aimée du nord et la joyeuse compagnie du sud.

jeudi 1 novembre 2018

Rituel de matinée

Chaque matin, bagel coupé en deux, beurre d’arachides (je viens d’apprendre qu’il contient de l’huile hydrogénée) et demi-banane, le tout accompagné de café au lait, comme il se doit.

Sur ma tablette, La Presse+. Je m’attarde surtout à la section des Arts.
Petit quinze minutes pour résoudre le sudoku.
Puis tour des blogues via Netvibes.
Aujourd’hui, je note une phrase d’Yvon Paré dans son blogue :
« Les écrivains se nourrissent souvent des silences de leur famille et ne les abandonnent que quand ils peuvent les exhiber devant un public. »
Et si aucun travail de graphiste ou d’auteur ne m’accapare pas, je pars à la recherche des nouveautés ou des disponibilités.
BANQ, Biblio Outaouais, Babelio. D’un titre à un autre, d’une suggestion à une autre, je feuillette, je lis des extraits. Est-il en numérique? Est-il disponible?

Ce matin :
Ça raconte Sarah de Pauline Delabroy-Allard : en librairies seulement, pour l’instant. Je vais suivre.
Jelly Bean de Virginie Francoeur : milieu glauque, fille d’immigrés. Pas sûre, je passe.
Mère d’invention de Clara Dupuis Morency : je le guette depuis un bout celui-là. Je réserve, mi-novembre, ça me convient.
Un lien familial de Nadine Bismuth : dans la mire.
Riquet à la houppe d’Amelie Nothomb : j’hésite, je renonce.
Le cri de la sourde de Sylvie Nicolas : parce que « les figures féminines de la mère, de la grand-mère et de la fille tissent une fabuleuse histoire de souvenirs filiaux. ». Cet hiver sûrement. 

Le café est terminé depuis longtemps. Dehors, toujours gris, mais sans pluie. Quelques feuilles de hêtre résistent, les aiguilles des mélèzes colorent la forêt déjà verte et noire. Est-ce que je tente ma chance d’aller à la poste à pied avant la pluie annoncée? Six degrés, bien habillée, je marcherai d’un pas rapide. Je regarderai les grains de maïs que les écureuils grignotent et éparpillent dans la rue. Je me demanderai quand seront coupés les longs épis secs et dorés que le soleil n’illumine pas ces jours-ci.

Au retour, j’ouvrirai La disparition de Stéphanie Mailer ou Les écrivements. Selon mon humeur. Selon que je veux être touchée au point que je doive ouvrir mon cahier de notes pour y glisser citations ou réflexions, ou simplement distraite -- et bien mêlée avec les noms et les retours en arrière (ah!cette mode du non linéaire).

Et vous quel est votre rituel du matin?

samedi 14 juillet 2018

Un seul mot

Un mot, une phrase peut blesser, peut réjouir, peut redonner confiance.
Sait-on jamais quel mot, quelle phrase touchera l’autre?
Hier soir, ce fut le mot fluide.

Francine a dit que j’avais « une écriture fluide » dans mon blogue.
Et elle me donne le livre Les femmes qui écrivent vivent dangereusement.
Me parler de mon blogue, me donner un livre. Je suis émue. Je suis aux anges. Je flotte. Je renais. On me lit. On aime ce que j’écris. C’est rare, c’est précieux.

Le savez-vous que vous êtes peu nombreux à me parler de mon sujet préféré : les livres. On ne devrait pas demander aux gens comment ils vont, on devrait leur demander : « qu’est-ce qui vous intéresse ces jours-ci? »

À quelqu’un qui n’est jamais très loin du fond de la désespérance (oui, je sais je suis un peu une Anne Shriley de l’exagération) en matière d’écriture, cette conversation ressemble à un printemps qui refleurit. À une eau fraîche par un jour de canicule. À un lever de soleil rosé après des mois de nuages noirs.

Vous me direz que j’étais pourtant déterminée fin mai au retour du camp littéraire Félix. Oui, bien sûr. Mais en bon bélier qui a la course rapide, mais la résistance anémique, j’ai eu la respiration haletante un mois plus tard. L’estomac s’en est mêlé, le sommeil aussi. Les questions ont suivi. L’écriture ne coulait plus, était loin d’être fluide. C’était devenu un devoir. Le genre de devoir qu’on écrivait pour plaire au professeur. Où notre cœur n’y était pas.

Et pour éviter d’entendre « non, non, non » de M. B. qui m’interdit le scepticisme, je me suis même interdit mon Carnet de roman. Je n’ai rien abandonné, tout juste délaissé.
Mais écrire l’été? C’est être masochiste, ou folle, ou obsédée. À moins qu’il ne pleuve à torrents ce qui n’est pas le cas cet été.

L’été, il y a les fraises, les framboises, les bleuets.
Il y a les pique-niques, les baignades, les promenades à vélo.
Il y a les vacanciers à accueillir, la famille à recevoir.
Il y a aussi les merles, les geais bleus, les phébis à observer.
Il y a les livres à lire.
Il y a la vie.

Je me suis donc remise à la lecture. Frénétiquement, comme une nageuse essoufflée qui s’accroche à une bouée qui la fait encore rester un peu dans l’eau, son milieu préféré.
J’ai enchaîné les lectures :

Bien sûr, Les femmes qui écrivent vivent dangereusement de Laure Adler et Stefan Bollmann. Sur les cinquante femmes citées, j’en connaissais une petite vingtaine. Donc encore des heures de plaisir à découvrir les autres.

Puis,
Hôtel Lonely Hearts : J’ai encore ragé contre le titre anglais (en partie, je sais puisqu’il y a un accent circonflexe sur le « o »). À les voir se multiplier (My absolute darling, After), à ne pouvoir m’y opposer, je baisse le ton. Je me suis d’ailleurs demandé pourquoi ce titre. On mentionne le nom de l’hôtel une seule fois… à la page 518. L’éditeur a raison de dire que c’est « un conte sans fées ». Un style original, de l’érotisme à chaque page, des métaphores à la tonne, de la musique, de la magie. Bref, j’ai bien aimé.

L’amour aux temps du choléra : Venu par erreur sur mon agrégateur Netvibes, alors que le billet de Madame lit datait de 2015, j’ai quand eu le goût de relire. Fait du bien de lire des vraies phrases, longues avec des virgules, des subordonnées. Une histoire qui ne bouscule rien, une intrigue sans violence, autre que celle des sentiments. Délicieusement suranné et puis, même pas. Disons que cet amour passionné ne m'a pas émue, mais qui ne rêve pas d’avoir un Florentino aussi tenace et patient?

Débâcle de Lize Spit (en numérique) : Attirée par les articles élogieux, les étoiles accordées, les prix remportés, il m’a fallu attendre longtemps avant de lire plus qu’un extrait parce qu’il est beaucoup emprunté, numérique ou papier.
Oui, pour les louanges méritées. Oui, pour la forme construite comme un scénario de télé. Oui, pour le récit glacial comme un vent calme avant l’orage.

13 à table : treize nouvelles publiées par certains auteurs chevronnés. Le thème de 2018 (parce que ça fait trois ans, je crois, que le concept existe, voir leur site Internet) est l’amitié. Certaines nouvelles s’en tiennent à ce thème d’autres non. Certaines sont vraiment surprenantes, d’autres ont une chute très réussie, d’autres un peu plus prévisibles, mais toutes agréables à lire.

Quarante-quatre minutes, quarante-quatre secondes de Miche Tremblay : J’étais à la bibliothèque municipale, j’attendais un livre pour une amie. Évidemment, je furetais. Tiens, un Tremblay que je ne me souviens pas avoir lu. Je feuillette. J’emprunte. Je lis. J’aime.

Alors, merci Francine. Merci pour Les femmes qui écrivent vivent dangereusement. Merci pour Hôtel Lonely Hearts. Mais surtout pour m’avoir écoutée. M’avoir parlé de mon blogue. Être intéressée par la lecture et l’écriture.

Alors moi aussi, un seul mot: merci.

site des restos du coeur>>>

dimanche 15 avril 2018

Lire un extrait avant de choisir

revue Les libraires
Bien sûr, comme tout le monde qui vit au nord du 50e parallèle, j’ai hâte de pouvoir passer plus de quinze minutes sur une galerie ou sortir sans bottillon ou laver mon auto pour voir sa couleur réelle. Bref, j’ai hâte que la neige disparaisse, que le blanc et le brun sale laissent la place à toutes les nuances de vert.

Mais aurai-je autant de temps pour lire? Je délaisserai peut-être la lecture et l’écriture pour le voyage? Ou pour ramasser les aiguilles de pin, brûler les branches tombées cet hiver, et faire disparaître tout ce cailloutis laissé par les passages de la charrue.

Pour l'instant au lieu de craindre ce verglas tant annoncé, je me réjouis de l’abondance de romans que la dernière revue Les libraires offre à mon appétit insatiable. Est-ce moi ou il se publie beaucoup plus de livres qu’à mes vingt-trente ans?

Honneur également à Kobo : liseuse ou site. Six mois que j’ai ma liseuse, j’ai découvert depuis peu l’outil « trouvez votre prochaine lecture ». Probablement ajouté pour promouvoir l’achat de livre via un compte Kobo, mais moi, je l’utilise principalement pour lire des extraits. Merci à tous les auteurs qui, dans leur contrat d’édition, acceptent que des extraits soient publiés. Parfois de cinq pages, mais jusqu’à 30-40 pages. C’est appréciable, assez pour savoir si je veux me procurer le roman.

Donc, dès que je vois dans une revue, un journal, un blogue qu’on parle d’un roman, qu’on pique ma curiosité parce qu’on en dit du bien, qu’on lui décerne un prix, ou parfois parce que le sujet m’intéresse, je délaisse ma tablette pour ma liseuse.

Ainsi rien que cette semaine, j’ai lu des extraits de :
Royal de Jean-Philippe Baril Guérard
La femme de Valence d’Annie Perreault
Si tu passes la rivière de Geneviève Damas
Sentinelle de la pluie de Tatiana de Rosnay
Vous écrivez? Le roman de l’écriture de Jean-Philippe Arrou-Vignod

Frustration évidemment devant l’absence de Débâcle de Lize Spit publié chez Actes Sud. J’essaie de comprendre les raisons de ces quelques éditeurs, dont Actes sud et Lémac entre autres, à refuser de fournir (est-ce le bon verbe?) leurs livres numériques (parce qu’ils publient quand même en numérique) à pretnumerique.ca. Je me demande s’ils ont vérifié si ça vaut encore la peine? Si leurs raisons premières valent encore? Sont-ils moins piratés? Les auteurs sont-ils toujours d’accord? Est-ce moi qui deviens comme ces jeunes qui croient que tout livre, toute musique, toute œuvre d’art doit être accessible gratuitement au public? Pourtant non, j’espère que non. J’espère de tout mon cœur d’auteure que les auteurs dont les livres se retrouvent sur la plateforme pretnumerique sont payés à juste titre pour leurs romans numériques. J’ai hâte de voir une étude à ce sujet.

Encore heureux (non c’est faux) qu’on ne parle pas tant de livres dans les médias, je trouve que je ne lis pas le quart de ce qui m’intéresse. Comme pour toute nourriture, je dois choisir et je dois surtout apprendre à manger lentement, à manger moins et mieux. Surtout qu’avec la BANQ ou réseau Biblio Outaouais, mes deux approvisionneurs, je suis limitée à trois semaines pour lire. Je délaisse donc certaines lectures pour en privilégier d’autres. Les critères de sélection sont souvent aléatoires, souvent le nombre de pages, parfois le style.

Ainsi, entre Les loyautés de Delphine de Vigan et La bête creuse de Christophe Bernard c’est Delphine de Vigan qui a gagné. Entre La bête creuse (j’ai essayé à nouveau) et La promesse de l’aube de Roman Gary, c’est ce dernier qui a remporté parce que j’ai encore de la difficulté avec ce genre de phrases quand elles sont dans la narration : « quelques curés bénévoles quand il coachaient », « Faque tu te lèves », « ses frères jobaient à la scierie », « Labatt avait été obligée de clairer deux employés ». J’ai nettement préféré « si ma mère avait eu un amant, je n’aurais pas passé ma vie à mourir de soif auprès de chaque fontaine ». Oui, je sais, je suis vieux jeu. Pourtant je veux, j’essaie, j’accroche souvent. Je cherche surtout à comprendre, à me psychanalyser pour savoir si c’est de la jalousie, de l’envie, du snobisme, de la résistance. Et puis, je me dis qu’on peut bien préférer la framboise à la fraise sans nécessairement chercher à remonter à son enfance pour savoir pourquoi. Et je sais aussi qu’un jour prochain, je goûterai aussi à quelques fraises… à moins qu’une autre talle de framboises m’attire.

Faut-il dire que La promesse de l’aube de Roman Gary c’est joyeux, ça fait du bien : pas de meurtre, pas de conflit, pas de tare, même pas d’amour contrarié. Non, qu’un bel hommage d’un homme à sa mère. Comme un goût de printemps où tout sera beau et doux.

Devant tant d’abondance de publications, quels sont vos critères de choix?

vendredi 19 mai 2017

Le bal des absentes pour se rattraper dans ses lectures

Avant de parler du livre lu, je veux expliquer pourquoi je l’ai aimé. Pourquoi il m’a attiré.
Parce que je suis femme, oui. Parce que j’aime la littérature, oui. Mais encore.

Il faut remonter en 1967. Avais-je lu un roman québécois? À la maison, mon père, qui en était à ses balbutiements d’écriture romanesque, assistait aux lancements chez Fides, Beauchemin, Cercle du Livre de France (futur Éditions Pierre Tisseyre après 1975) et surtout Éditions du jour de Jacques Hébert, il rapportait donc des Yves Thériault, Hubert Aquin, Roch Carrier, Jean-Marie Poupart, Hélène Ouvrard, Nicole Brossard, Marie-Claire Blais, Claire Martin et quelques autres. Je feuilletais, je peinais à la tâche. J’en lisais très peu parce que trop différent de ce à quoi j'étais habituée. Tellement, mais tellement loin de mes lectures scolaires et même celles de grasses matinées de la fin de semaine.

Mais en classe, avais-je lu un roman québécois et un roman d'une auteure? Jamais. Jusqu’en 1967 justement. Quand notre professeur de français osa nous proposer Salut Galarneau de Jacques Godbout. 
Et comme auteures, avec un « e », comme écrivaines, avec un « e », qui ai-je étudié? À part Les chambres de bois d’Anne Hébert? Rien, aucune autre. Ce n’est donc pas en classe que j’ai découvert Simone de Beauvoir (on étudiait Sartre, Camus), Violette Leduc, Marie-Claire Blais, Nicole Brossard, Marguerite Duras, Colette, Gabrielle Roy, Germaine Guèvremont. Et à chaque décennie, j’ai aimé lire ce qu’écrivaient les femmes. Je n’ai pas tout aimé, pas tout compris. Je ne les étudiais pas, je lisais par plaisir.

Voilà donc pourquoi j’ai plongé dans Le bal des absentes: pour voir ce qu'on étudie -- ou non-- aujourd'hui. 

Julie Boulanger et Amélie Paquet sont deux professeures de cégep qui ont constaté que « les œuvres rédigées par les femmes occupent une place marginale dans les corpus littéraires ». D’abord dans leur blogue (lien à la fin), puis dans un essai qui réunit quelques-uns de leurs billets, elles nous proposent différents titres de ces autrices (c’est le mot qu’elles utilisent) parfois méconnues.

Faute de retourner sur les bancs d’école, j’ai adoré lire cet essai. Nous avons tous eu un ou deux professeurs qui nous ont fait aimer l’histoire ou les mathématiques ou la littérature. Nous en avons aussi eu, malheureusement, qui nous ont fait détester ces mêmes matières. En lisant Julie Boulanger et Amélie Paquet, j’avais l’impression de lire différemment. De voir autrement certains romans que je connaissais et d’autres que je découvrais. De faire un peu de rattrapage.
De plus, elles nous racontent leur vie de professeurs, ce qui n’est pas pour me déplaire, moi qui le fus quelques années. Le monde de l’enseignement ne m’a jamais véritablement quittée. J’espère être curieuse jusqu’à ma toute dernière journée. 

Dans Le bal des absentes, il suffit de consulter la table des matières pour connaitre les autrices et les titres dont il est question :

Bye Bye Blondie de Virginie Despentes
Une mort très douce de Simone de Beauvoir
Demoiselles-cactus de Clara B.-Turcotte
Folle de Nelly Arcan
La cloche de détresse de Sylvia Plath
Autour de ton cou de Chimamanda Ngozi Adichie
Mettre la hache de Pattie O’Green
Je voudrais qu’on m’efface d’Anaïs Barbeau-Lavalette
Aucun lieu, nulle part de Christa Wolf
La femme qui fuit d’Anaïs Barbeau-Lavalette
Bonjour minuit de Jean Rhys
Car l’adieu, c’est la nuit d’Emily Dickinson
Le ciel brûle suivi de Tentative de jalousie de Marina Tsvetaeva
La Marquise de Sade de Rachilde
« Trois femmes » de Monique LaRue
Carol de Patricia Highsmith
L’invitée de Simone de Beauvoir
Tête Blanche de Marie-Claire Blais
Femme, réveille-toi ! d’Olympe de Gouges
La plongée de Lydia Tchoukovskaïa

Quels sont les titres que j’aurais pu étudier, fin des années '60, si tant est qu’un professeur se soit donné la peine de les mettre au programme? Peut-être deux. Aurait-il pu en trouver d’autres? Sûrement. Comme j’ai été une lectrice autodidacte par la suite, encouragée par des parents grands lecteurs eux aussi, j’en ai connu plusieurs autres. Mais de cette liste? Moins de la moitié : neuf sur vingt. 

Voilà une des raisons qui m’ont fait aimer ce livre que j’ai dévoré à petites doses comme si j’assistais à un cours chaque fois, à raison de deux ou trois cours par semaine : les deux professeures m’ont donné le goût de m’intéresser aux onze autres. Je les ai lues avec amour comme je les écouterais sûrement si j'étais dans leurs classes. Et j’ai fait mes devoirs, j’en ai commandé plusieurs à la bibliothèque et quelques autres trouvés en numérique.

Dirais-je ma première déception? Une déception que j’ai oubliée rapidement une fois plongée dans la lecture : la couverture. Pas l’illustration qui, finalement, attire l’œil avec son jaune éclatant. Pas le fait qu’il n’y a ni titre ni nom des auteures sur la couverture, je l’ai remarqué sans plus. Non, le carton. L’épaisseur du carton, le nombre de points. Et probablement le fini mât qui fait que le moindre frottement devient égratignure. C’est sans doute un choix éditorial de la maison d’édition La mèche. Ou peut-être des auteures également. Ça fait nouveau, ça intrigue. Mais je dois avouer que ma première pensée fut le rapport qualité-prix. Et puis, je suis passée au contenu qui m'a fait tout oublier. Qui nous amène à l’essentiel : ces autrices qu’on pourrait étudier au cégep… ou lire pour le plaisir de savoir que la littérature n’est pas que monde d’hommes.

dimanche 8 janvier 2017

Maux d’hiver ou mots divers

J’émerge. Un peu. 
Extinction de voix depuis le Jour de l'an.
Les mots muets eux aussi. Au repos.
Mes yeux se ferment.
Mon corps soigne ses maux.
Au centre de mes jours : un peu de fièvre, beaucoup de siestes, du sirop, des Tylenol, des pastilles. 
Autour : de la neige, un hiver blanc. C’est beau chez nous. Vu du dedans et même senti du dehors. Un soleil jaune, le matin à travers les arbres, illumine les montagnes de l’ouest. Les branches chargées, lourdes comme une poitrine gorgée de lait.
Si l'idée m'était venue de descendre au sud après les fêtes, ça ne me dit plus rien. Le véhicule récréatif presque enseveli sous la neige attend. Attendra.

Pendant les fêtes, j’ai tout de même pelleté, déneigé.
J’ai fêté aussi. Bien mangé, peu bu, beaucoup parlé. Trop sans doute. Puis, vint le virus.
J’ai regardé des films, je me suis endormie devant certains.
J’ai lu. Un peu. 

J’ai terminé La bibliothèque des cœurs cabossés de Katarina Bivald.
J’ai aimé parce qu’il y est question de livres. J’avais trouvé un blogue qui en recensait tous les titres. Ne trouve plus. J’ai aimé parce que les chapitres sont courts et intercalés entre deux lettres. Les relations un peu invraisemblables ne m’ont pas vraiment déçue ni même agacée tellement elles étaient bien campées dans un petit village étatsunien. On se serait cru en 1960, sur la route 66.

J’ai préféré L’autre qu’on adorait de Catherine Cusset.
J’ai beaucoup aimé non pour l’histoire comme telle, mais pour le style. Le choix de l’auteure d’écrire au « tu » donne une tout autre perspective au personnage. N’a pas la force (inégalable selon moi) du « Tu » de Anaïs Barbeau Lavalette dans La femme qui fuit, mais permet au lecteur de s’approcher très près de cette relation entre Catherine (je) et Thomas (tu). Et puis cette vie d’universitaire intellectuel m’étant inconnue, j’ai aimé la découvrir... et ne rien envier à cette incertitude de la profession de professeur, même passés trente ans. 

Comme toujours, j’ai été lire sur l’auteure Catherine Cusset puisqu’on disait que ce roman était autobiographique. Je n’ai rien trouvé sur sa vie, mais j’ai aimé sa réponse à la question « Pourquoi écrit-on? » : 
C’est évident que c’est parce qu’on a aimé des livres, c’est parce qu’on aime lire. Quand je lis un livre que j’aime, c’est complètement porteur, cela me donne tout de suite envie d’écrire, alors qu’au contraire, quand on lit des livres qu’on n’aime pas, qu’on trouve médiocres, c’est comme si l’imagination se tarissait donc écrire est complètement lié à la lecture.
Quand un-e auteur-e qui vit de sa plume écrit exactement ce que je pense, je me plais à croire pendant quelques minutes que si je pense ainsi, c’est que je suis aussi une vraie écrivaine! Laissez-moi mes illusions quelques instants encore!

J’ai feuilleté Vi de Kim Thuy. 
Ça ne m’intéresse plus vraiment la vie d’immigrante de Kim Thuy. Mais je la comprends très bien de profiter de la popularité dont elle jouit. L’exotisme est toujours vendeur. Un nom étranger est souvent synonyme de talent chez les créateurs culturels. Hélas pour les autres.

J’ai commencé La grand-mère de Jade de Frederique Deghelt.
Un autre roman où les personnages lisent et écrivent. Un hasard si ces livres me tombent dans les mains ces mois-ci? Qu’importe, bien sûr j’aime et je me lasse aller.

Entre chaque chapitre, j’ai beaucoup fermé les yeux, me suis assoupie, me suis soignée. Me suis reposée le jour de la toux de la nuit.

Et j’aime l’hiver. Je ne sens pas le besoin d’aller guérir mes maux ou chercher mes mots là où il fait plus chaud.

vendredi 16 décembre 2016

Mes lectures : une route en lacets

Étudiante, je lisais avec un crayon, je soulignais, je notais dans la marge.
Vacancière, je lisais avachie sur un sofa, sur une chaise longue ou dans mon lit.
Avant Internet, je lisais parfois avec un cahier de notes. Et je frustrais de demeurer loin d'une bibliothèque.
Avant la tablette, je me levais souvent pour vérifier sur l'ordinateur qui était l’auteur-e, ce qu’il avait publié d’autre.
Depuis la tablette et la liseuse, je lis un texte dans un média (La Presse+ ou Le devoir ou Facebook ou un blogue) qui m’amène à un site qui m’amène à la BANQ ou Biblio Outaouais/Pretnumerique pour voir si le roman dont j’ai vu le titre est disponible. Je feuillette, et il est fort possible que je le télécharge. Je le lis sur tablette, et si ma batterie est presque à plat, je transfère sur ma liseuse. 


En ce moment, je lis Les fugueuses de Suzanne Jacob. Quand j’ai vu le livre au Village des valeurs, j’ai été attirée par le nom de l’auteure. J’ai tellement aimé son Laura Laur. Dès que je suis arrivée à la maison, j’ai vérifié les autres titres que j’avais d’elle dans ma propre bibliothèque. J’ai encore Laura Laur et La passion selon Galatée.

Confortablement dans mon fauteuil préféré, j'entame le premier chapitre des Fugueuses. Dense. Concentré. Fort. Des paragraphes qui durent des pages et des pages. Sans cadratin de dialogues. Le point de vue de Nathe, treize ans. Dans Fugueuses, il y a fugue aussi. La musique, les sons, les bruits.
La narratrice « écoute le temps » :
« Je me suis assise sur le bras du fauteuil en vachette vert pomme et j’ai écouté le temps passer dans la chambre, un temps étranger à celui qu’on regarde passer dans la rue, sur les Plaines ou sur le fleuve, un temps qui sentait la sauce brune et le peroxyde, l’élastique et le jaune d’œuf. »
Petite pause, je prends la tablette. Une autre route d'informations. Les fugueuses, roman publié en 2005. Après, il y eut des nouvelles, de la poésie, un essai. Sur le site de L’île (L’infocentre littéraire des écrivains québécois), je lis la notice biographique.

Je me surprends à aimer une auteure qu’on étudie à l’université. Sur qui on fait des thèses. Il suffit d’écrire « thèses Suzanne Jacob » dans Google pour les trouver. J’en lis de grands extraits. Je ne comprends pas grand-chose. Un langage bien hermétique pour moi.

Je retourne au roman. Deuxième chapitre. Autre point de vue, celui de la mère, Émilie.
Un roman qui me frappe aux yeux, parce que le texte est tout sauf aéré, et au cœur par la répétition des mots comme on martèle une porte de grands coups pour l’ouvrir. Trois fois le mot peur en trois lignes. Une peur que j’ai bien connue, qu’il m’arrive encore d’éprouver parfois, que toute femme doit connaitre, je dirais.
« La simple idée de la peur vient de t’enlever le gout de vivre, Émilie, de vivre! Tu as peur d’une idée obscure et glauque et gluante qui rend la place de ta vie, tu as peur, tout simplement, de te faire violer, Émilie. »

Et découvrir des secrets cachés derrière les portes.
Nouvelle pause. Retour à la tablette, sur le site de Boréal qui a publié ses romans. D’autres informations. Le titre La pratique du roman m’intrigue. Sur le site de prêt numérique, je feuillette l’extrait, je télécharge sur ma liseuse. Le sujet: le roman vu par huit romanciers, lecture très accessible (contrairement aux thèses). Je m’attarde à Dominique Fortier qui écrit au sujet de la hiérarchisation des titres  : 
« Qu’un livre porte l’étiquette de roman, de récit d’autobiographie, de "fiction" ou pas d’étiquette du tout (ça s’est déjà vu), l’important est qu’il réponde aux exigences qui lui sont propres, et qu’il emporte l’adhésion du lecteur. »
Ça me rassure sur mes propres écrits. Ça me réconforte de voir que je ne suis pas la seule à penser ainsi.

Plus tard, je lirai ce qu’en pense Suzanne Jacob. 
Plus tard encore, demain peut-être, je retournerai aux Fugueuses.
Lire, dans mon cas, c’est souvent parcourir une route en lacets. Découvrir le monde de l'auteur-e.
Et la route est souvent aussi intéressante que le point de départ.


Et vous, quelle route suivent vos lectures?

dimanche 25 septembre 2016

Huston, Didierlaurent et Ouellette: bonheur de lire

Commencer la lecture d’un livre est toujours un acte qui me remplit de bonheur. C'est choisir de voyager vers un pays dont on a plus ou moins entendu parler, mais qu’on n’a jamais visité. 

Anticipation.

Il y eut d’abord la curiosité insatiable, la joyeuse fébrilité, la savoureuse attente.
Il y eut même avant l’écoute : quelqu’un — une blogueuse, un lecteur, un critique, qui en a dit du bien. Si la personne n’avait pas aimé, j’aurais quand même été intéressée de me faire ma propre idée.
Un couteau à deux tranchants que cet avis d’aimer ou ne pas aimer. On risque d’être déçu, de se demander ce que l’autre a bien pu trouver dans ce roman.
Il y a les préparatifs : où on le lira, quand, comment. Un café ou un cahier de notes sur la table. Ou les deux. La lecture de la quatrième de couverture, peut-être même un petit coup d’œil dans Google pour connaitre l’auteur-e. 
Et finalement on plonge. Soit les premières pages sont un délice et me voilà partie pour un temps que je ne verrai pas passer, soit les premières pages me laissent plus songeuse que ravie et déjà les questions surgissent et le doute s’infiltre : je poursuis ou j’abandonne?

En ce qui concerne Le liseur de 6 h 27, j’ai délaissé après le premier chapitre. Mais seulement parce que L’empreinte de l’ange de Nancy Huston a gagné en intérêt. Je croyais l’avoir lu il y a une bonne dizaine d’années. Il faut croire que non. Je n’aime pas tous les livres de Nancy Huston ou plutôt — parce que tout ne se résume pas à j’aime ou pas —, ils ne m’intéressent pas ou ne me touchent pas tous au même degré. Je bute sur certains, tel Les variations Golberg, et je plonge délicieusement dans d’autres, dont Bad Girl, Instruments de ténèbres. Et L’empreinte de l’ange.

Mon propos dans ce billet, ce n’est pas de résumer ce que je lis ni de rédiger une critique. Il suffit de «googler» un titre pour avoir des centaines de critiques très bien faites par des lecteurs, des blogueurs et quelques journalistes. Personnellement, je me sers de mon blogue pour essayer de comprendre ce que je ressens. De dire ce qui me passe par la tête, tout simplement. Un blogue d’états d’âme, j’avoue. Bien égoïstement.

Donc l’histoire : Safie, la bonne Allemande qui, paf, comme ça, tombe en amour d’un seul regard (un peu invraisemblable, non? Mais qu'est-ce que j'en sais moi... ce n'est pas parce que ça ne m'est jamais arrivé...), le flûtiste voyageur Raphaël qui, lui aussi, désire la jolie blonde aussitôt engagée, et le luthier hongrois Andras. Une femme silencieuse, un homme patient, un amant juif.
Je lis rarement pour l’histoire, mais si le style me happe, me retient, m’entraîne. Et écriture rare, me semble-t-il, l’auteure-narratrice parle de l'histoire dans l'histoire, et la fin surprend en ce sens.
«Mais, si c’est le cas, ça s’est passé en dehors de l’histoire. La vérité de l’histoire, c’est qu’elle [Safie] a disparu.»
L’important c’est que si les émotions sont présentes, l’histoire m’intéresse. Ce fut le cas. 

Et je suis revenue au deuxième chapitre du Liseur de Jean-Paul Didierlaurent. Nouvel auteur pour moi. Éloge d’une membre de mon Cercle de lecture. Une fois passée l’impression de décousu entre des courts textes lus à haute voix dans un transport en commun et la longue description d’une machine qui détruit des livres, c’est l’originalité des personnages qui m’a captivée. Un gardien qui parle en alexandrin, un ex-employé qui cherche — et trouve — ses jambes coupées ont été plus intéressants que le liseur lui-même. Humour léger qui fait du bien. Lecture pour laquelle on n’a pas besoin de se casser la tête ni même d’avoir du silence autour de soi. Lecture très agréable.

Normalement, j’aurais dû passer au troisième livre emprunté à mon Cercle de lecture : Survivre, survivre de Michel Tremblay. Ce fut sans compter la rentrée littéraire qui annonce la venue prochaine du tome 5 de la série Feu de Francine Ouellette. « Je le veux, je le veux, j’ai tellement aimé les quatre précédents. Fais-le venir à la bibliothèque » entendis-je aussitôt l’annonce faite. 

Ah! mémoire, mémoire, tu me fais défaut. Oui, je me rappelle d’en avoir parlé. Je me rappelle qu’il s’agissait d’une saga historique qui se passait dans ma région, qui remontait au temps de Champlain et des Algonquins. Mais c’est tout. 
Je m’empresse donc d’aller voir à la BANQ pour rafraîchir cette mémoire défaillante. Les quatre tomes sont réservés jusque tard en octobre. Il reste la bibliothèque municipale. Oh! bonheur (toujours ce bonheur de trouver un livre comme un cadeau de fête), les deux premiers tomes y sont. 
Je feuillette, je consulte les cartes, je vois des noms, tels Tessouat, Oueskarini, Kichesippi, Petite-Nation, La lièvre, l’Outaouais bien sûr. Depuis longtemps, ces noms me sont familiers parce que mon père a écrit sur l’histoire de la Petite-Nation. 

J’aime beaucoup l’écriture de Francine Ouellette : riche, fluide, soignée. Le lecteur entre dans la tête et le cœur des personnages. Rien à voir avec l’Histoire apprise à l’école: les bons Hurons d'un côté, les mauvais Iroquois de l'autre et surtout, les Robes noires qui possèdent LA Vérité. Un roman, mais très documenté, très fouillé, très réussi. Qui me donne envie de canoter sur la rivière du Lièvre et celle de la Petite-Nation pour suivre les traces de Loup-Curieux ou Lynx-des-Neiges.

Tout comme L’empreinte de l’ange, je croyais avoir lu. Peut-être le premier tome seulement? Réussirai-je à lire les quatre tomes avant la sortie du cinquième?

Écriture-facile va se taire un peu et va retourner à sa lecture.

vendredi 31 juillet 2015

Comment obtenir un roman?

La façon d’obtenir un livre, version papier, n’a pas trop changé depuis quelques années. Peut-être les « clubs » qui offraient des abonnements et vous envoyaient votre livre par la poste ont-ils disparus, mais le livre numérique, lui, s’impose et est là pour rester. Êtes-vous de ceux qui en profitent?

Autre nouveauté dans le monde du livre, par rapport aux années 1960, disons, c’est le distributeur. Celui-ci a de plus en plus d’importance. La chaîne n’est plus : lecteur-libraire-éditeur, mais lecteur-libraire-distributeur-éditeur. Dans le temps et l’espace, il est devenu un maillon majeur, responsable parfois d’un retard ou de l’absence de tel ou tel livre sur les étagères. On a qu’à penser au conflit qui a opposé Renaud-Bray avec Dimidia pendant près d’un an.  Aussi, comme la majorité des nouveautés, à moins d’un best-seller, ne demeure environ que trois mois sur les tablettes d’une librairie, il ne faut surtout pas hésiter à demander, à commander. Ce n’est pas parce qu’il n’est plus en librairie qu’il n’existe plus d’exemplaires. Ceux-ci sont justement chez le distributeur.

Et je ne vous mêlerai pas avec Demarque et l’Entrepôt numérique, mais il faut savoir qu’il ne suffit pas au graphiste qui monte le livre papier de convertir son travail en epub. Un peu plus compliqué car, au Québec entre autres, il faut ajouter un DRM (système de gestion des droits numériques), ce qui fait que 1- tous les livres ne sont pas disponibles en numérique aussitôt qu’ils sont sortis en librairie et 2- pas tous les éditeurs, ni certains auteurs d’ailleurs, qui acceptent de publier en numérique par doute, par prudence, comme on hésite devant ces inconnus que sont la technologie et le piratage.

Pour les besoins de ce billet, je situe une lectrice dans un petit village de 700 personnes, en Outaouais (oui, oui, je sais, pas très original de se prendre en exemple, mais de cette façon, moins d’informations erronées). Voici ses options :
Version papier
1- Librairie grande chaîne
Où que j’aille, dès que je vois des livres, je ralentis mon pas, je regarde, j’examine, je feuillette même. S’il m’est arrivé d’acheter chez Renaud-Bray ou Archambault à Gatineau, c’était parce que je passais par là. Mais depuis que j’ai été sensibilisée aux problèmes des librairies indépendantes, j’entre dans ces librairies franchisées, mais je n’achète plus. Chez Costco, je regarde de moins en mois, les titres ne me tentent absolument plus.

2-Librairie indépendante
En Outaouais, nous avons quelques librairies indépendantes, à Gatineau, secteur Hull surtout, mais la plus près de chez moi, c’est la Librairie Rose-Marie, à Buckingham. Je n’y vais pas aussi souvent que je voudrais parce que j’achète moins qu’avant. Je n’ai plus les moyens de mes ambitions. Mais pour un cadeau ou parce que je tiens vraiment à me procurer un titre, je téléphone ou je regarde sur leur site si elle a les livres désirés. Au besoin je commande. De plus, je tiens à cette librairie en particulier parce qu’elle offre un espace aux auteurs pour des séances de dédicaces. Quand même pas tout le monde qui fait la promotion de ce genre d’événement.

3-Librairie d'occasion
À quinze minutes de chez moi, nous avons eu la chance, depuis vingt ans et pour une autre année encore, d'avoir des passionnés de livres. Donc à la librairie De l'autre côté du monde, j'ai pu acheter et revendre plusieurs romans. Un très grand choix. Mieux que bien des librairies qui ne jurent que par le best-seller et les nouveautés des-trois-mois rentables. Merci Aline et Jean-Guy.

4- Bibliothèque municipale
Toujours ma lectrice qui demeure dans un village de 700 âmes et une région de 20,000 personnes, qui peut se rendre à sa bibliothèque ouverte le mercredi soir et le jeudi après-midi. Elle peut quand même jouir d’un réseau bien établi : Biblio-Outaouais. Comme les municipalités ont le devoir d’octroyer un budget à leur bibliothèque municipale, chaque bibliothèque peut acheter des livres. Mais de plus, par l’intermédiaire de Biblio-Outaouais, la lectrice que je suis peut bénéficier des échanges entre les bibliothèques du réseau tout informatisé. Si le roman que je cherche n’est pas sur les tablettes, la commande est passée, le livre arrive par la poste et la bibliothécaire m’appelle. Je bénéficie donc des dernières nouveautés, assez rapidement.

Mon écran préféré, un favori que je consulte plusieurs fois par semaine
Version numérique
5-BANQ service à distance, via pretnumérique.ca
Ce qui m’a intéressée dans le numérique, c’est le temps. Pour une pressée comme moi qui a toujours hâte au livre suivant, je suis choyée: j'entends parler d'un livre, je cherche, je trouve, je feuillette, j’emprunte (ou non), je reçois, je peux commencer à lire. Cinq minutes. 
Bien sûr il y a des « mais ». Ce ne fut pas très facile de se brancher à la BANQ. N’étant pas de Montréal, j’ai dû passer par le Service à distance et ensuite arriver au Prêtnumérique.ca qui est une plateforme de… prêt numérique. Pas facile d’apprendre une nouvelle technologie. 
Et puis au début, on pouvait emprunter, mais pas réserver. Avec les années, le nombre de titres disponibles augmente et se diversifie. Je n’ai pas qu’accès aux livres québécois, mais aussi à des romans français, des traductions. Mais pas de Léméac et depuis peu les VLB.
Il a fallu aussi s’adapter à la lecture sur une liseuse (une Sony Reader dans mon cas) et maintenant je préfère ma tablette Nexus 7. 
Je dois avouer que je ne lis pas de la même façon le numérique et le papier. J’abandonne plus facilement et avec moins de remords le numérique. Je n'en connais pas vraiment la raison. Parce que facile d’accès? Parce que l’attente n’est pas là? Pourtant…
Autre désavantage : si vous n’avez pas terminé le livre au bout de trois semaines, vous ne pouvez pas renouveler comme je le fais souvent à la bibliothèque.

6-Biblio Outaouais via prêt numérique
Depuis quelques mois, le même système est disponible chez Biblio-Outaouais. Beaucoup moins de titres puisque le réseau doit acheter les livres. Très peu de titres des auteurs de l’Outaouais, ce que je déplore évidemment même si je comprends que c’est histoire de budget. L’avantage : si le livre n’est pas disponible à la BANQ, je vais voir chez Biblio-Outaouais et, probablement parce que nous sommes moins nombreux, il arrive souvent que le titre soit disponible immédiatement. Plaisir.

Si après toutes ces possibilités légales (et je n'ai pas parlé des Salons du livre, de la bibliothèque privée d'un frère, de l'échange entre membres d'un cercle de lecture), la lectrice n’est pas rassasiée, je me demande qui le serait.

J’ajoute que l’auteure, elle, (et j’en suis pour témoigner), que vous achetiez votre livre à la librairie, que vous le commandiez par Internet, que vous l’empruntiez en numérique ou papier a votre bibliothèque, l’auteure touche toujours 10% du prix de vente. Pas chaque fois que vous l’empruntez à la bibliothèque, ce serait trop beau, mais si elle achète trois, quatre, dix livres, l’auteure est payée pour chaque livre acheté, papier ou numérique. De plus, il existe un programme fédéral qui offre aux auteurs un certain forfait selon les livres trouvés en bibliothèques. Alors, n’hésitez pas à acheter, mais aussi à emprunter. Tout est bon pour l’auteur.

Extrait des Têtes bouclées
Et pour vous faire patienter jusqu’au 26 septembre, je vous offre un extrait de mon prochain roman, Les têtes bouclées. cliquez ici>>> ou sur l'illustration dans la colonne de droite de ce blogue.

samedi 21 mars 2015

Sur le dessus de la pile: Grégoire Delacourt

Je. Un billet qui commence par je, pas fort. N’empêche.

Je, donc, vais écrire comme lui. Il déteint sur moi, probablement aussi fort qu’il doit déteindre sur bien d’autres. Pas la première à aimer, pas la dernière, sûrement. Je l’ai déjà écrit, déjà dit (après six ans de blogue, c’est certain qu’on se répète) : je suis un caméléon. Je prends la couleur des murs que je longe. Des auteurs que je lis et aime.

Ces temps-ci, Grégoire Delacourt. J’avais aimé sa Liste de mes envies, j’en avais parlé là >>>. Je me souviens aussi de son Écrivain de la famille, mais là, le summum, le dessus de la pile, le drapeau que je brandis et que je plante au sommet de la montagne : On ne voyait que le bonheur.

Je sais déjà que j’en redescendrai de cette montagne, que dans deux ans, un an, peut-être moins, un autre roman aura mes faveurs, ma liesse, mon admiration et mon cœur, mais pour l’instant, c’est lui.

Je ne suis pas critique littéraire, ni professeur en études littéraires. Juste une lectrice, avec des mots de lectrice-qui-aime-écrire. Mais je suis capable de reconnaître un courant littéraire, un style qu’adoptent plusieurs auteurs depuis quelques années. Et pas que des jeunes qui carburent à l’internet. Des phrases courtes, sans sujet, parfois sans verbe. Paragraphes courts, comme un exercice de Twitter peut-être. Chapitres de deux ou trois pages. Mais surtout : énumération, répétition. Sans transition apparente, sans description (de toute façon, fait belle lurette que je ne m’y attarde plus). Direct à l’émotion. 

Dernièrement, je lisais Papillons d’Annie Loiselle, Monstera Deliciosa de Lynda Dion : même style « punché ». Donc, autant au Québec qu’en France. Chez les auteurs étatsuniens, je ne sais pas, je ne lis pas beaucoup.

Quant au sujet, j’aime aussi. Écrits au je, au présent, ces romans sont plus directs, plus aujourd’hui, plus personnels. Facile de m’identifier aux personnages parce que ça pourrait être la vie de bien des gens. Parce que ce n’est pas de l’action, ni du policier, ni de la science-fiction, du fantasy. Non, que des pensées, des souvenirs, des fragments de vie. Des réactions, des histoires avec des parents, des enfants, nos relations, nos amours. Une biographie. 

En ce qui concerne plus précisément On ne voyait que le bonheur, c’est triste par exemple. Sombre. Réaliste, mais à la longue, à force de répétitions, de martèlement de la lâcheté du personnage, de ses ressentiments, de son manque d’amour maternel, le besoin de bras ouverts, à force de rapprochements, je ne me suis pas contentée de regarder par la fenêtre, je suis entrée dans la maison. J’ai oublié de me protéger, j’ai oublié de penser à ne pas me noyer avec le personnage. 

C’est le prix à payer pour l'acceptation, l'abandon à qui joue avec mes émotions, avec mon cœur.

En espérant seulement que je surnage avant d’écrire mon tome trois des Têtes rousses, sinon, je me connais, je ne retrouverai pas mon style, si tant est que j’en aie un. Il faudrait tout de même que les trois tomes aient un petit air de famille. Comme des triplés. Sinon… je ne suis pas digne de porter le titre d’auteure. Seulement de caméléon.

Site et blogue (que les français continuent d'écrire blog) de Grégoire Delacourt: 

dimanche 26 octobre 2014

Sur les traces de…

Sur les traces de... ou ces livres qui me font voyager. Les livres sont des voyages en soi. Et en soi. Mais certains m’ont vraiment donné envie d’aller voir de plus près.

Quand tu as dix-onze ans et qu’une héroïne de livre s’appelle Claude, qu’elle a un chien et une île au bord de la mer, il est certain que tu veux aller en Bretagne, le plus tôt possible. Comme bien des jeunes, j’ai été déçue, une fois adulte, d’apprendre que l’île de Kernach n’existait pas. Vous aurez peut-être reconnu les romans d’Enid Blyton que j’attendais avec impatience à chaque anniversaire ou fête.

Il a fallu que je vieillisse un peu avant de lire des Simone de Beauvoir pour avoir le goût d’aller en France, m’assoir, bien sûr, au café de Flore. Pour la Provence, même si Simone de Beauvoir marchait dans les sentiers situés derrière Marseille, c’est plutôt la lecture de Jean de Florette qui m’a suggéré de visiter Les-Baux-de-Provence et de voir la garrigue de près.

Alaska de James Michener m’a vraiment impressionnée, mais de là à rouler 10,000 kilomètres jusqu’aux îles aléoutiennes... Mais en allant à L’Anse aux Meadows, Terre-Neuve, j’ai quand même retrouvé un brin de l’histoire entourant l’arrivée des Vikings sur la terre américaine. Il aura fallu attendre la publication de Yukonnaise de Mylène Gilbert-Dumas pour me décider à me rendre au Yukon et Alaska (disons que  ce ne fut pas le seul élément déclencheur, mais un argument de plus). C’est très agréable au retour d’un voyage de lire encore sur la région visitée. Dans ce sens, Lili Klondike entretient mes très beaux souvenirs.

Au Québec, je me suis souvent rendue au Chenal du Moine, près de Sorel, et chaque fois, je cherchais les personnages et le décor du Survenant de Germaine Guèvremont.

J’ai connu la Gaspésie bien avant d’avoir L’Herbe et le varech d’Hélène Ouvrard dans les mains, mais lors de la lecture, je revoyais facilement l’héroïne pleurer toute sa peine et réfléchir sur sa vie sur les plages mouillées d'embruns. Je sentais même l’odeur du varech.

Finalement pour clore le sujet — qui ne le sera jamais, en ce qui me concerne — , les trois tomes de Feu, de Francine Ouellette m’ont plongée dans ma propre région : l’Outaouais des Algonquins. Tout comme l’a fait Jean-Guy Paquin avec son Au pays de Canard Blanc et dernièrement, Au pays des Weskarinis. Je n’ai pas été déçue de Wendake, au nord de la ville de Québec, même si pour l’histoire des Hurons, j’ai préféré Sainte-Marie-les-Hurons, en Ontario.

La lecture seule ne suffit pas à me donner le goût de bourlinguer, mais la lecture aussi.

Et vous, certains romans vous incitent-ils au voyage ?

(quelques-unes des illustrations proviennent des sites Internet d'éditeurs)