Aucun message portant le libellé généalogie. Afficher tous les messages
Aucun message portant le libellé généalogie. Afficher tous les messages

mardi 4 juin 2019

Carnet de roman (16)

Cliquez sur l'illustration pour agrandir
Qui peut se targuer d’avoir une des trois premières religieuses Sainte-Croix, soeur Marie-de-Bonsecours, dans son arbre généalogique? Et même le Pierre Laporte tristement assassiné en 1970? Comme tous les deux sont issus de la lignée de Jean Leduc et de Cécile Lechaperon, il risque fort que beaucoup d’entre nous l’aient dans leur arbre, c'est le 91e nom de famille au Québec.

Entre réalité et fiction. Entre personnes réelles et personnages. D’un livre bleu sur la généalogie de la famille Deguire à trois romans sur des descendants d’ancêtres irlandais. Je n’ai publié d’arbre généalogique que dans Les têtes bouclées. Pour les curieux, pour les passionnés de généalogie, je publie la liste de tous les personnages des trois romans. Certains ne sont que nommés, comme Pierre Laporte. Les liens sont les vrais, documentés, vérifiés.

Dans ce tableau, ce sont les prénoms des personnages, mais ce sont les vrais patronymes : Lynch, Bushell, Leduc, Deguire, Pouliot. Même Bricault est un vrai patronyme. C’est celui de mon ancêtre paternel : le soldat de Carignan, Jean Bricault dit Lamarche. Comme vous voyez, je n’ai pas été chercher bien loin. Juste pour dire que ce n’était pas le même que le nom de l’auteure. Des romans inspirés de ma vie, je veux bien, mais en route, l’imagination s’est enflammée. La vie privée a réclamé un peu de discrétion.

Aimez-vous les romans quand il s'agit de vraies personnes et même de faits réels?

Pour lire un extrait de Héritages - Les têtes dures, c’est par là >>>
Pour plus de généalogie, c’est par là >>>
Pour commander Héritages - Les têtes dures: mon courriel >>>

dimanche 15 octobre 2017

Des Deguire à Saint-Ours aux Larose à Ripon

comité du patrimoine de Ripon, Deguire dit Larose
Pendant le Bal des citrouilles, le comité du patrimoine de Ripon lançait le numéro d’automne de son bulletin, L’Écho des montagnes. À l’intérieur, un article sur les Deguire – Larose que j’ai rédigé en collaboration avec Françoise Larose, arrière-petite-fille de pionnier de la région de la Petite-Nation. Une passionnée de généalogie que j’ai eu le plaisir de rencontrer lors d'un rassemblement des descendants des Deguire dit Larose.

Je l’ai dit et écrit souvent, et ça m’a servi de prétexte pour cet article : en arrivant dans la Petite-Nation, je n’ai pas trouvé de Deguire (le nom de ma mère). Ce n’est que des années plus tard, que j’ai réalisé que les nombreux Larose établis surtout à Ripon, mais aussi à Saint-Émile-de-Suffolk et Chénéville avaient probablement les mêmes ancêtres que moi, soient François Deguire dit Larose et Marie-Rose Colin.

J’ai cherché, fouillé, comparé et finalement preuve a été faite : les Deguire de la Petite-Nation sont tous devenus des Larose alors que ceux de Saint-Laurent, d’où je viens, sont restés Deguire. Il reste bien quelques questions, mais il faudrait sûrement des généalogistes ou des historiens moins amateurs que moi pour y répondre.


http://www.despagesetdespages.com/Revue-Ripon-Deguire-Larose.pdf

samedi 21 janvier 2017

Chasse, ménage, et refonte

L’hiver, pour certains, c’est synonyme de partir dans le sud. Ou dans le nord. Pour d’autres, c’est le temps du cocooning à l’intérieur ou des activités à l’extérieur.

Cette année, je pars à la chasse.

La chasse aux informations généalogiques. Comme trophée, une refonte de mes pages sur cinq patronymes qui me tiennent à cœur : Lamarche, Deguire, Lynch, Falstrault, Nantel.

Pour chaque patronyme je compte composer une biographie de l’ancêtre :
     Jean Bricault dit Lamarche, soldat de Carignan de la compagnie Dugué
     François Deguire dit Larose, soldat de Carignan de la compagnie Saurel
     Denis Lynch venu du comté Leitrim, Irlande
     Heinrich Faulstroh (Falstrault), venu de Rodheim, Hessen, Germany
     Jean Berloin dit Nantel, venu du Poitou vers 1690

Pour chaque ancêtre, je publierai la lignée directe avec les dates des mariages. Je mettrai à jour ma base de données, qui compte à présent 15000 noms.

Je retravaillerai et ajouterai les photos qui ont un rapport avec ces familles. Et finalement je dénicherai quelques trouvailles pertinentes, en rapport avec ces lignées. Liens vers des publications et sources de mes informations, bien sûr.

Et qui sait peut-être pour cette refonte, j’utiliserai peut-être une nouvelle version d’un logiciel de création de site. Double travail. Beau défi.

Et vous, votre projet d'hiver?

dimanche 15 mars 2015

Traces fraîches

Où ai-je donc laissé des traces ces derniers jours? Comme je porte plusieurs chapeaux, que plusieurs passions m’animent, petit tour d’horizon.
Photographie : Comme je trouvais que mes photos n’étaient pas aussi belles ou claires ou lumineuses que celles d’il y a quelques années, je voulais nettoyer le capteur. Juste avant de faire une bêtise, j’ai eu la bonne idée de demander à un photographe professionnel comment procéder. Sa réponse rapide et précise :
— Tu ne touches pas à ça.
— Mais vous alors, vous pouvez me le nettoyer?
— Je confie ça à des spécialistes.
Fin du nettoyage, mes photos resteront ce qu’elles sont.

Généalogie : Le 19 avril prochain, j’assisterai à une conférence et visiterai l’exposition consacrée aux soldats de Carignan, dans le cadre du 350e anniversaire de leur arrivée (en savoir plus >>>). En tant que descendante de deux soldats de Carignan : Du côté de ma mère : François Deguire dit Larose, compagnie de Saurel et du côté paternel : Jean Lamarche dit Bricault, compagnie de Dugué. Si les Lamarche n’ont pas de regroupement, les Deguire en ont un et c’est avec lui que j’irai. Si ça vous intéresse, consultez la page Facebook  (voir>>>) créée pour les descendants de François Deguire dit Larose.
D’ailleurs, bientôt, j’aurai une petite surprise à ce sujet. Bien hâte de vous montrer.

Voyage : Je devais partir en Floride, le camping était réservé, le motorisé déneigé, les bagages commencés et voilà que le doute et les questions se sont faufilés dans mes nuits. Ça ne me tentait plus : de surveiller la météo pour m’assurer de la chaussée sèche les deux premiers jours, de rouler onze heures d’affilée pour atteindre la chaleur le plus vite possible, de laisser les travaux de la maison en plan, de chercher des campings lors du retour, de devoir réserver parce que tout est plein en janvier-février-mars, de rester plantée au même endroit, tout ensoleillé soit-il, pendant cinq-six semaines, simplement à attendre que l’hiver finisse. Voyager pour moi, c’est voir des paysages différents, être dans la nature, camper sur le bord d’un cours d’eau, marcher, pédaler, faire un feu le soir. Pas me dépêcher, pas voir du monde, entendre de la musique. Pas tous les jours en tout cas.
Donc, je suis restée. Et je ne le regrette pas.

Lecture : J’ai lu avec un grand plaisir Papillons d’Annie Loiselle (éditions Stanké).
Un style très à la mode depuis quelques années : parfois un mot pour une phrase, parfois une ligne pour un paragraphe, parfois une page pour un chapitre. De très rares dialogues. Même David Foenkinos dans sa Charlotte (Prix Renaudot 2014) a succombé à la tentation de ce style vif et incisif. Une musicalité et un rythme différents. Papillons, donc, l’histoire de quatre femmes : la mère et ses trois filles à la mort du mari-père. Leurs amours, leurs relations, leurs pensées, leurs présents et leurs chemins.
Deuxième lecture : Monstera delicisosa de Lynda Dion. Un roman court, vraiment court qui aurait pu être une longue nouvelle suivie de quelques autres. Je n’ai pas compris l’illustration de la couverture, pourquoi pas cette plante envahissante, ce faux philodendron qui sert de propos au roman? Mais comme j’avais aimé La maîtresse et dévoré… La dévorante, j’étais devenue une inconditionnelle. Le suis toujours malgré ma déception : j’en aurais voulu plus. Encore. L’auteure cultive elle aussi le style un mot - une phrase - une page. Ce qui donne vraiment du « punch » au texte. Un dynamisme, une énergie qui va droit au but, qui va direct au cœur.

Écriture maintenant, que je gardais pour la fin parce que c’est ce qui m’a procuré le plus de plaisir ces dernières semaines : la révision de mon roman Les têtes bouclées. Pour la première fois, la correction ne m’a pas menée sur le chemin du doute sur mon talent, de la mésestime de moi. Au contraire, comme un escalier dans lequel je montais, vers un grand ciel bleu, vers du meilleur. Grâce à ma réviseure, je dois le dire. Par ses remarques, ses suggestions, elle a su me montrer le chemin de l’amélioration, du peaufinage. Une route joyeuse, sans embûches. Que du plaisir.
De plus, en allant au Salon du livre de l’Outaouais, j’ai pu discuter avec le responsable du montage et nous avons convenu des dates à venir. Donc, du concret, du réel, du cette année, du bientôt.


Voilà donc les traces laissées ces derniers jours. 

dimanche 14 septembre 2014

Chercher sa mère, trouver son père

Un samedi matin nuageux et froid, des autoroutes tranquilles, pas de bouchon à l’intersection 15-640 (ce qui ne sera pas le cas au retour), j’ai beaucoup aimé la visite guidée du moulin de Pointe-aux-Trembles qu’a bâti le maçon charpentier Jean-Baptiste Deguire, fils de mon ancêtre (du côté de ma mère), le soldat de Carignan, François Deguire dit Larose.

Une vingtaine de personnes. Certaines se connaissent parce que c’est la tante, le neveu, la sœur. J’en connais cinq ou six via la page Facebook Descendants de François Deguire dit Larose. Sourires, poignées de main.

M. Claude Belzil, un bénévole de l’Atelier d’histoire de Pointe-aux-Trembles nous attend, nous présente le moulin, nous explique les étapes des rénovations, nous apprend l’histoire de ce bout de l’île que j’ai rarement visité, sinon pour passer sur la rue Notre-Dame pour visiter des Nantel, des Falstrault, originaires de Tétreauville. On gèle, mais on est ravi. 

Diner au Centre Roussin où se trouve l’Atelier d’histoire de Pointe-aux-Trembles. On se réchauffe, on mange, on fraternise, on discute de notre passion commune de la généalogie, surtout en ce qui concerne les Deguire dit Larose.

Puis, M. Belzil nous présente un membre de son groupe qui, justement, est un Larose. Les deux bénévoles nous invitent à les suivre à l’étage où l’histoire de Pointe-aux-Trembles est illustrée sur les murs, sur une maquette et dans quelques cubicules. 

Plusieurs d’entre nous se demandent si Jean-Baptiste Deguire dit Larose, ce maçon qui a construit le moulin habitait aussi à Pointe-aux-Trembles. Nulle trace de lui sur la maquette des terrains octroyés par les sulpiciens au début de la colonie. Mais oh! surprise, en lisant les noms des propriétaires terriens, que vois-je ? Bricault dit Lamarche, Jean (21). Je m’empresse de chercher le lot 21. Je le trouve, tout petit, sur la rue Saint-Jean. Une maison, une grange, une vache. Plus riche que ses voisins qui, parfois, n’ont qu’un terrain vacant. Pourtant, pourtant, il me semble me souvenir que Marcel Lamarche, Michèle Lamarche et Guy Lamarche qui avaient tenté de fonder une association et publié quelques documents avaient souvent parlé d’une terre, entre la 17e et 19e avenue. Je tente de poser quelques questions à nos passionnés des familles de Pointe-aux-Trembles, mais nous ne sommes pas vraiment là pour les Bricault. Je termine donc la dernière portion de cette journée à glaner le plus d’informations au sujet des Deguire, je m’intéresse aux vivants d’aujourd’hui, je suis toujours curieuse de savoir de quelle lignée ils viennent ou ce qui les a amenés à la généalogie.


Au retour, sous une pluie diluvienne, une brume tenace, je me demande bien si, de ma lointaine campagne, je pourrai retrouver des documents relatifs à mes questions. Je croyais qu’en une heure, j’éluciderais le mystère de cette terre des Bricault. C’était sans compter sur ma mémoire sélective et cette insatiable curiosité qui voudrait bien être satisfaite autant du côté de ma mère que du côté paternel : qui était donc ce Jean-Baptiste Deguire qui a bâti le deuxième moulin de Pointe-aux-Trembles ? Où a-t-il vécu en attendant d’être enterré à Pointe-aux-Trembles, ce que nous a confirmé M. Alain Larose de l’Atelier d’histoire. Et c’est quoi cette histoire de surnom de Larose, soulevée par un des membres présents, surnom qui serait attribué aux joueurs de tambour ? Dans le cas de Belleau dit Larose, oui, il était tambour, mais je n’ai trouvé nulle part que notre François n’était autre que tisserand devenu soldat par esprit de liberté. Le Jean Bricault qui avait le petit lot 21 était-il le même que le Jean, propriétaire de la terre no 9, tel que rapporté dans le livre de Michèle Lamarche en 1998 ?

Des jours de recherche en perspective. Mais comme c’est dommage d’oublier, de devoir refaire et refaire sans cesse le chemin que d’autres ont défriché, suivre les traces, souvent les miennes, pour simplement me souvenir où le trésor était caché. Ré-apprendre ce que je savais peut-être déjà.

Et la grande question : pourquoi je veux savoir le passé, quitte à l’inventer ? Je n’ai pas assez de vivre le présent ?

mercredi 3 avril 2013

Partager ses recherches

Terre de Jean Bricault dit Lamarche
(illustration fournie par Marcel Lamarche)

À six heures ce matin, les yeux grands ouverts, je ne dormais pas. Comme une urgence, comme une pression subite. Je devais faire quelque chose, réagir.

Hier, en mettant de l’ordre dans mes courriels, j’ai remarqué qu’un message envoyé à Guy Lamarche pendant mon séjour en Floride était demeuré sans réponse. Je connais ce généalogiste depuis plusieurs années, c’est MA référence pour les Bricault dit Lamarche. J’ai eu le pressentiment que son silence indiquait qu’il était peut-être décédé. Une petite recherche et j’ai rapidement trouvé son avis de décès, les photos trouvées dans Google images corroboraient mon hypothèse : il est décédé le 2 mai 2012. Je pouvais bien ne pas avoir été au courant, l’an dernier, j’avais la tête bien ailleurs : problèmes personnels de santé et ma mère, elle, est partie le 7 mai.

Panique. Une vraie panique : qu’est-il advenu de toutes ses recherches ? Chaque fois que je lui posais une question de généalogie sur tel ou tel mariage, je m’inquiétais de savoir ce que je ferais le jour où il ne serait plus là pour piger dans sa base de données et m’indiquer les bonnes dates, les bons noms., les bonnes sources.

Certaines personnes publient leur base de données (Gedcom) soit dans un site existant comme Planète Québec, CFGA ou un site personnel, comme Gilles Deguire  qui s’occupe de mesancetres.ca. Guy Lamarche, lui, a déjà laissé quelques traces sur Internet, mais à la suite de déceptions reliées au plagiat je crois, il avait cessé d’alimenter son site. Il a participé à divers forums, on peut retrouver encore ses nombreuses interventions. Il a également offert trois documents fort importants en ce qui concerne les Bricault dit Lamarche, documents qu’on peut consulter à la Société de généalogie de l’Outaouais entre autres. C’est déjà beaucoup et précieux, mais tout le reste, toutes ses recherches, toutes ses données, qu’en adviendra-t-il ? Je ne me rappelle pas s’il m’avait parlé de la relève.

Dans mon petit cerveau qui roule à cent milles à l’heure à six heures le matin, je me disais, bien égoïstement, un médecin qui ne publie pas ses recherches, un historien qui ne laisse rien de son savoir, un journaliste qui ne raconte pas ses expériences, quelle tristesse, quelle perte. Et nous qui devons repartir presque à zéro, tout recommencer comme si rien n’avait été fait avant. Je respecte les gens qui ne veulent pas que leurs recherches paraissent sur Internet, mais trouver le moyen que le savoir, les expériences servent à la génération suivante. Personnellement, on m’a déjà demandé à deux reprises d’enlever des noms dans ma base de données que je publie sur mon site. Même si ni date ni photo n’apparaissaient, même si j’avais du mal à comprendre cette petite peur du vol d’identité, j’ai accepté d’effacer ces données. Je sais bien qu’il se glisse énormément d’erreurs dans les sites d’amateurs comme le mien, mais je sais aussi quelle fut ma joie quand j’ai trouvé les Deguire sur le site de mesancetres.ca ou les Boutron dit Major grâce à Ruth Major dans son blogue Major et compagnies.

Je suis donc en deuil, un an plus tard, de Guy Lamarche qui a tant fait pour la lignée de Jean Bricault dit Lamarche, soldat de Carignan. Je sympathise avec la famille, même si c'est bien en retard. Qui répondra à mes questions maintenant ? Je sais comment chercher, je sais où chercher, mais ce sera plus long, plus fastidieux et sans le plaisir de ces quelques échanges toujours agréables.
  
Si quelqu’un sait quelque chose, peut trouver comment communiquer avec ses enfants, n’hésitez pas à me l’écrire.

vendredi 30 novembre 2012

De l'intérêt pour la généalogie


Même s’ils sont décédés, on n’oublie pas la date de naissance de nos parents. Mon père, Jacques Lamarche, est né le 30 novembre 1922, il aurait eu 90 ans aujourd’hui.  Je n’oublierai jamais non plus ce qu’il nous disait à chaque anniversaire : « je suis né le soir du feu de Terrebonne ». On ne mettait pas cette assertion en doute, sachant pourtant qu’il avait tendance à raconter des histoires ou du moins à les arranger à sa convenance. Et puis un jour, suite à un concours, j’ai eu envie d’écrire sa biographie, j’ai fouillé sur Internet et quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre que le feu de Terrebonne avait plutôt eu lieu dans la nuit du 1er au 2 décembre!

Soldats du régiment Carignan-Salières
Mon père aimait beaucoup l’histoire et ce fut tout naturellement qu’il s’est intéressé à la généalogie. Combien de fois ne fallait-il pas se taper ses longs monologues sur les Lamarche, les Deguire et, quand nous sommes arrivés dans la Petite-Nation,  la liste s’allongea vers les Papineau, Major et toutes les familles pionnières de la région.

Jusqu’au jour où j’ai voulu, après avoir écrit la biographie de mon père, écrire la vie des arrière-grands-parents irlandais de ma mère.  Je me suis servie des notes paternelles, de la base de données informatique de mon frère et c’était parti. J’ai adoré les recherches généalogiques. Quelles belles découvertes qui m’ont menée à l’histoire de l’Irlande (via les Bushell et Lynch), de la révolution américaine (via un certain Heinrich Faulstroh, soldat allemand), de la Nouvelle-France (via François Deguire dit Larose, soldat de Carignan et Jean Bricault dit Lamarche, soldat de Carignan).

En amateure, c’est-à-dire sans trop noter toutes mes sources, quoique, devenue méfiante après les dates du feu de Terrebonne (admettez que j'ai de la suite dans les idées!), je vérifiais le plus possible, j’ai accumulé une centaine de noms, puis mille, puis près de 14,000 noms. Pour ce faire, je suis devenue membre de la Société de généalogie de l’Outaouais.

Aujourd’hui précisément, un 30 novembre, date anniversaire de la naissance de mon père, cette Société de généalogie de l’Outaouais ouvre un centre à Papineauville. Mon père aurait été tellement heureux d’y être. J’y ferai acte de présence, non pas en son nom, mais au mien propre parce que maintenant, c’est moi, la fatigante qui monologue sur les patronymes, les descendances et les ascendances.

Liens vers:
Ma petite contribution à la généalogie>>> 
Biographie de JacquesLamarche>>>
Illustration des soldats de Carignan empruntée au site du Gouvernement du Canada>>>

mercredi 17 mars 2010

Un colcannon aujourd'hui?

17 mars. Une date comme une autre, sauf que ce matin en ouvrant mon Google, ça fait ding ding. Fête des Irlandais. J’ai voulu en glisser un petit mot sur Facebook, rejoindre ma cousine. Deux fois trop long, je n’avais jamais remarqué que nous devions nous en tenir à 420 caractères. Je peux bien trouver que le monde n’en dit pas long sur ce réseau-social. Alors vive les blogues (je sais, on peut écrire un article sur Facebook, mais aussi bien le mettre en ligne ici, il ira automatiquement là-bas).

Donc le 17 mars. Avant, je ne soulignais pas cette fête, je n’y pensais même pas. Ma mère, oui, m’avait bien conté que sa grand-mère était Irlandaise, mon père me taquinait parfois : « la petite Bushell doit se retourner dans sa tombe à t’entendre parler anglais ». Je parle en effet très mal anglais, malgré mon huitième de sang irlandais. Me semble que j’ai déjà dit tout ça. Il faudrait que j’aille voir si le 17 mars, l’an dernier… mais qui ira voir, qui s’en souvient? Alors je répète. Je l’ai tellement écrit dans ce roman qui n’en finit pas d’être corrigé. Peut-être que je cesserai d’en parler quand il sera publié.

Elle s’appelait Bridget Bushell, née en 1828, elle venait du comté de Roscommon et lui, Denis Lynch, né en 1834, six ans plus jeune qu’elle, était originaire du comté de Leitrim. Se sont-ils connus en Irlande, je n’ai jamais trouvé, sont-ils arrivés à Grosse-Île par le même bateau, pas trouvé non plus, mais je sais qu’ils se sont mariés à Montréal en 1855 et ont élevés leurs cinq enfants à Saint-Henri. La mère de mon grand-père maternel était la petite dernière, Mary Jane Lynch. Elle n’aura connu son père que trois mois, ce dernier est mort d’un accident à l’usine de mèches où il travaillait. Pas inventé ça non plus, c’est écrit dans un petit livre que ma grand-tante religieuse a remis à son frère puis que ma mère m’a remis il y a quelque cinq ans.

Pour poursuivre sur la même idée de mon billet d’hier : Bridget et Denis vivaient dans des comtés pauvres, là-même où il y eut le mildiou dans la pomme de terre, ce qui a causé les noires années de la famine en Irlande. Coïncidence : je demeure dans un lieu entouré de champs de pomme de terre.

Alors peut-être un petit colcannon aujourd’hui?

(photo empruntée à food.pinkhairedgirl.com/?m=200804)

jeudi 4 mars 2010

Un Nantel assassiné

L’artiste-de-nos-pinceaux a toujours été fière de porter le nom de Falstrault, parce que c’est un patronyme rare. Elle sait depuis peu que c’est d’origine allemande, déformation de Faulstroh. Mais elle s’amuse tellement plus à démêler l’écheveau très serré de la famille de sa mère, Gabrielle Nantel. Quand, le sourire aux lèvres, contente de son coup, elle dit : « la fille de mon grand-père a épousé le frère de ma grand-mère », il est certain qu’elle doit sortir papier et crayon et redessiner l’arbre de ces Nantel qui épousaient leur petite-cousine (Ernest et Rosa), leur belle-sœur (Ernest et Marie-Louise Labelle qui fut d’abord l’épouse de François)… et le frère de leur belle-mère (Georgette, fille d’Ernest et de Marie-Louise Labelle, qui épouse Zénon, le frère de Rosa époux d’Ernest Nantel devenu veuf). (Cliquez sur le tableau pour agrandir)


N’eut été d’un événement récent, l’histoire s’arrêterait là, à ce tableau qui ne contient que les principaux personnages d’un imbroglio qui réunit également deux sœurs Dauphin et deux sœurs Gauthier et trois Pierre.

L’auteure-de-nos-stylos, amateure de généalogie mais surtout admiratrice d’auteurs de l’Outaouais décide d’acheter le livre de Raymond Ouimet : Crimes mystères et passions oubliées parce qu’il est question de sa région, la Petite-Nation. Quelle ne fut pas sa surprise d’y trouver le récit de l’assassinat d’Arthur… Nantel, fils d’un Napoléon Nantel. Région de Labelle, l’Annonciation. L’auteure alerte l’artiste, lui pose des questions. Non jamais entendu parler d’un meurtre chez les Nantel. Une histoire d’accident de chasse qui a viré au drame, mais d’assassinat, certes pas. Les voilà fébriles, une à la recherche de sa base de données, l’autre d’une ancienne photo de l’hôtel Labelle.

Dans les 14,000 noms répertoriés au cours des dernières années, point d’Arthur ni de Napoléon Nantel. Consultation dans les BMS (Baptêmes, mariages et sépultures) répertoriés, je trouve facilement, remonte la lignée, établis les relations. Eh oui, Arthur est fils de Napoléon, petit-fils de François Nantel et d’Angèle Gauthier et donc le cousin du grand-père de l’artiste. (Cliquez sur le tableau pour agrandir)



Louise est encore sous le choc. Tout ce qui concerne les Nantel la touche de près même si elle n’en porte pas le nom. Elle lit et relit cette histoire et se demande si son grand-père la connaissait.

Mieux encore, elle retrouve une vieille photo envoyée par Gérard Cholette de la Société d’histoire Chute-aux-Iroquois de Labelle, il y a quelques années. Elle identifie l’Arthur assassiné au milieu de la grande famille de François et d’Angèle Gauthier.

Ah! bien oui, pour ceux et celles qui veulent connaître les détails du meurtre résolu et puni: qui, quand, où... bien il faudrait lire le livre. Je ne suis pas pour enlever les droits d'auteurs d'un écrivain tout de même! Nous nous sommes bornées à faire le lien entre l'artiste Nantel-Falstrault et cet Arthur.

À venir, d’autres coïncidences troublantes entre Labelle et l’artiste-de-nos-pinceaux.

vendredi 12 février 2010

Partie à la recherche des ancêtres

Ne me cherchez pas ces jours-ci, la naissance de quatrepetits- neveux et petites-nièces en vingt-deux mois m'a fait retourner à mes amours d'il y a deux ans: la généalogie. J'ai mis à jour la dernière version du logiciel Family Tree Maker que j'utilise depuis mes touts débuts.
Alors je suis là>>>;
et là aussi>>>; où, pour 80$ canadiens par année, on peut obtenir les fiches numérisées de l'institut Drouin qui prouvent, hors de tout doute que monsieur X, fils de... a bel et bien épousé mademoiselle Y, fille de... telle date, dans telle paroisse.

Deux forums où on m'aide plus souvent que j'aide. Un peu déçue de la vitesse du site, je vais de moins en moins souvent là>>> :  pourtant j’y ai rencontré du bien bon monde généreux et obtenu de nombreuses informations qu’il faut vérifier. Maintenant, je préfère celui-là>>>;

Quand tous les petits bouts de choux auront l'arbre généalogique de leurs lignées, je reviendrai sûrement à d'autres intérêts.

Excusez-moi les morts m'attendent!
(image empruntée à shopfr.aol.ca)

jeudi 17 décembre 2009

D'où je viens

Depuis plus de quatre ans que je travaille à mon roman sur mes ancêtres irlandais. En fait, ça ne ressemble presque plus à leur histoire tellement celle-ci a changé depuis le début. Il ne restera probablement que quelques noms: Lynch, Bushell. J'avais trouvé cette photo du quartier des Tanneries (deviendra Saint-Henri à Montréal en 1874), sur le site du Musée McCord et je l'ai affichée pendant plusieurs mois au-dessus de mon bureau, ainsi que cette carte postale que j'avais envoyée à mes parents lors de mon voyage en Irlande en 1970, alors que je ne cherchais absolument pas à retracer la vie de ces pauvres des comtés de Leitrim et de Roscommon. Carte postale récupérée lorsque ma mère a vendu sa maison.


En corrigeant la nième version de mon manuscrit, ces deux photos m'inspirent et je n'en reviens pas chaque fois de voir d'où je viens.

Je viens aussi de deux soldats de Carignan, Jean Bricault dit Lamarche, dans la région de Nantes, en France et de l'autre, François Deguire dit Larose du Périgord, plus au sud. Mais ceux-là ne m'ont pas inspiré de roman. Et j'ai tellement de difficulté avec un premier que je ne crois pas que je m'aventure dans ces sphères une autre fois.

lundi 31 août 2009

Descendants de soldats allemands

Oyez, Oyez, gens d'histoire, gens de généalogie, gens de patrimoine, gens de patronyme, descendants de Faulstroth entre autres, sachez qu'en septembre, le 22, est-il annoncé sur le site des éditions Septentrion, le livre tant attendu de Dominique Ritchot sera disponible.

Après le livre de Wilhelmy, Jean-Pierre que l'artiste «de nos pinceaux», a dévoré, souligné en imaginant son ancêtre dans les troupes allemandes venues au Canada pour le compte de la Grande-Bretagne dans les années 1776, celui de Dominique Ritchot l'intéresse encore plus, d'autant que c'est elle qui lui a appris cette ascendance qu'elle cherchait depuis plusieurs années

Donc, gens intéressés, Faulstroh ou Ebacher ou Naacke et quelques centaines d'autres, ne manquez pas cette sortie de livre. Et les autres, vous pouvez aussi le lire pour connaître l'apport de ces soldats qui ont choisi de rester au Canada. Ce ne sont pas des méchants comme je le croyais avant de lire sur le sujet.

(source de l'image: emprunt aux Éditions Septentrion)

samedi 25 juillet 2009

Falstrault - Faulstroh

De cela donc, tel que promis.

Bien avant que je m’intéresse à la généalogie, ma coblogueuse cherchait à connaître l’origine de son patronyme : Falstrault. Début des années 1980, son père avait organisé une petite fête de retrouvailles avec un Falstreau émigré aux Etats-Unis qui ne nous avait guère appris grand-chose sinon que l’orthographe du nom avait changé entre Montréal et l’Ohio. Pour cette fête par contre, plusieurs recherches avaient été entreprises aux Archives nationales, au temps où les registres étaient encore accessibles. Nous avions pu remonter jusqu’en 1791 en trouvant une Suzanne Falstrault dont les parents avaient l’air d’être un certain Henry Falstrault et Charlotte Lamarche. Ce patronyme de Lamarche nous a envoyé sur des fausses pistes pendant longtemps, puisque c'était le nom de son beau-père et non de son père: Saint-Mesmin dit Lavictoire. (De plus pour les curieux qui voudraient savoir si c'était Bricault dit Lamarche, non c'était Bariteau dit Lamarche) Ce couple, donc de Falstrault a eu huit enfants dont l’orthographe du patronyme variait de Filracuschor, Foulstrot, Falstro, Faulstroth, à Falstrault.

Avec les souvenirs des uns et des autres, l’arbre a été pas mal complété, mais personne ne pouvait remonter au-delà de cette date de 1791. Comme tous les descendants de la première génération avaient épousé des Canadiennes au nom bien francophone et qui plus est des catholiques, nous ne cherchions pas trop ailleurs qu’en France. Surtout que "ault" c'est bien français.

Je publie donc un petit site avec les noms trouvés. Quelques membres de sa famille corrigent des dates et ajoutent des enfants, des oncles, des mères. Et puis en janvier 2003, un courriel de Dominique Ritchot qui nous annonce que le vrai nom de cet Henry serait Heinrich Faulstroh et il est répertorié dans un livre sur les soldats auxiliaires venus faire la Révolution américaine. Donc Allemand.

Enthousiastes ou plutôt carrément énervées, la recherche reprend de plus belle. Nous nous sommes mises à lire tout ce qui se rapportait à cette révolution américaine, à ces mercenaires allemands. On a acheté le livre : Wilhelmy, Jean-Pierre, Les Mercenaires allemands au Québec, 1776-1783, Éditions Septentrion.

Nous nous sommes abonnées au forum des Hesse-Hanau.

Je me suis mise à m’intéresser plus sérieusement à la généalogie, même si je demeure une amateure. Je croyais bien en rester là, quand, en 2006, nous recevons un autre courriel : une descendante de Faulstroh nous écrit d’Allemagne et nous demande si on connaît une telle qui demeure maintenant aux États-Unis (je tais les noms parce qu’elles ne veulent pas trop que leurs noms soient rendus publics, surtout pas sur Internet et je respecte leur choix). Nous voilà avec des « cousines » descendantes de cet Heinrich. Mais quelle surprise, notre soldat était marié avant d’être engagé (ou probablement loué) pour venir faire la guerre. Et il avait eu le temps d’avoir deux enfants. Grâce à elles, nous avons appris que les Faulstroh (très nombreux en Allemagne alors qu’une petite centaine au Canada, la plupart gravitant dans l’est de Montréal), viennent tous de Rodheim, Hessen, Germany et le plus vieux mariage retrouvé par cette Allemande date de 1630.

Depuis on flotte, on s'informe et je me suis même amusée à écrire un petit texte, publié sur mon site >>> .

mercredi 27 mai 2009

généalogie

Des pages et des pages, c'est ce que je gribouille depuis mon enfance. Je n'ai guère dessiné, mais écrire, ça! Je m'enfermais dans ma grande garde-robe (oui, oui, j'y avais installé une lumière, une tablette, une table et une chaise, aujourd'hui, on appelle ça des "walk-in", je crois!) pour éviter de faire la vaisselle, je disais que j'avais des devoirs, en fait, j'écrivais. Mon journal, des lettres que je n'envoyais pas. Même mes leçons, je les écrivais.

J'écrivais et j'écris encore sur tous les sujets qui m'intéressaient. Si au moins je savais me limiter, si je n'étais pas si curieuse. Si quelqu'un me payait pour ne parler que de généalogie ou que de camping, saurais-je me limiter? Étudiante, j'étais moyenne en tout, première en rien. Je n'ai pas changé. Donc mon blogue se dandine dans diverses voies. Depuis quelques années, je gribouille des noms. Des milliers de noms et des dates. Le titre le laisse comprendre: j'aime la généalogie. Quand mon père en parlait avec passion, je détestais, ça m'ennuyait. S'il voyait mes 13,000 noms aujourd'hui!!!

J'ai trouvé quelqu'un qui se limite à la généalogie, le chanceux: Pierre Lagacé. Pas celui de la télé qui annonce les notaires, non, un autre.

Donc, j'ai mis ma base de données à jour. Au début, on cherche les ancêtres de notre famille, puis ceux de nos cousins, puis ceux de nos amis, puis ceux des artistes peintres que je côtoie. J'en suis aux blogueurs que je rencontre sur Internet!!!

Peut-être y êtes-vous? Petits curieux, allez-y voir, mais attention, vous risquez de vouloir en savoir encore plus!!! >>>
(dessin d'un soldat de Carignan,
ancêtres Bricault dit Lamarche et Deguire dit Larose en sont)

lundi 16 mars 2009

Mes ancêtres irlandais


Demain, fête des Irlandais. Jusqu'à l'âge de 55 ans, je dirais, les Irlandais, ça ne me disait presque rien, sinon que ma mère me disait que la mère de son père en était une et qu'elle devait bien se retourner dans sa tombe quand elle m'entendait parler anglais. Aujourd'hui c''est rendu que j'en ai les larmes aux yeux dès que je lis un texte sur eux ou que je vois un petit Leprechaun à la télévision.


Ma mère m'a souvent parlé de ses ancêtres Bridget Bushell et Denis Lynch, mais ce n'est que depuis cinq ans que je m'y intéresse vraiment. J'ai passé une année entière à faire des recherches sur eux, à chercher l'année de leur arrivée, le bateau sur lequel ils sont venus, à lire tout ce qui concernait la famine de 1847, la place que les Irlandais occupent à Montréal. Pendant deux ans ensuite, j'ai écrit un roman sur leur venue, leur traversée, leur passage à Grosse-île et leur vie à Saint-Henri, les enfants à l'usine dès l'âge de neuf ans, la descendance qu'ils ont laissée.

Depuis deux ans, j'attends qu'un éditeur se décide à le publier. Chaque année, à la mi-mars, j'espère et je suis déçue: je voyais déjà la publication un 17 mars, fête des Irlandais et juste à temps pour le salon du livre de l'Outaouais. Chaque année, j'ai le coeur serré. Ces ancêtres, devenus des personnages, par qui je confonds mon histoire avec l'histoire des Irlandais, me sont si familiers, si chers à mon coeur que, même si , dans le zigzag des générations, je ne porte pas leur patronyme, j'espère qu'il y a, en quelque part, un Lynch ou un Bushel qui est aussi fier que moi d'avoir un peu de sang irlandais.

Moi, en tout cas, je sais que si je n'ai pas un cheveu roux sur la tête (quoique je me suis fait teindre en commançant mes recherches et je me suis promis d'arrêter la teinture qu'une fois le roman publié), et que je parle très peu l'anglais, je sais que je viens d'eux et je sais quelles furent leurs difficultés à s'établir au Canada...

et je les aime. Pour toujours.