samedi 29 août 2009

Eric Dupont: la logeuse

Je poursuivrai la publication de mes dix billets sur les dix Créateurs de la Petite-Nation même si je vois bien que «les pinceaux» reçoivent moins de lecteurs que «les stylos». Il faut croire que la lecture et l’écriture attirent plus d’internautes-blogeurs que la peinture. Je suis à la veille de conclure que les artistes en art visuel ne sont pas très utilisateurs de blogues. L’artiste «de nos pinceaux» d’ailleurs recherchent beaucoup plus les images que les textes sur Internet. Je persévère tout de même, il ne sera pas dit que la Petite-Nation en général et les artistes de la région en particulier ne seront pas sur la toile.

Mais en attendant, retour à mes amours, les livres.

Comme plusieurs livres que je fais venir à la bibliothèque, je ne me souviens plus par quel visite de blogue ou de détour sur un site j’ai fais venir des livres d’Éric Dupont, mais je ne regrette pas ma demande. J’ai commencé par La logeuse. Style tellement différent dès le début que j’avais dû mal à « embarquer » dans l’histoire. Puis, l’originalité des noms ; Aristide Nordet, les Crachin, Madeleine Barachois et plusieurs autres ainsi, qui font référence à la Gaspésie, lieu de l’histoire et résidence de l’auteur, m’ont rendu curieuse de la suite. Page 42, je me suis levée pour aller chercher crayon et cahier, signe indéniable que le roman m’intéresse. Au moins en tant que moteur propulseur d’écriture. En cours de route j’ai trouvé un anglicisme « secondé » au lieu d’appuyé, je me suis dit c’est le travail de l’éditeur-réviseur, mais quand on sait que l’auteur est aussi traducteur... mais bon, le reste l’emporte haut à main sur cette petite faiblesse et je ne vais pas m’attarder à ce caillou sur un terrain si fertile.

Je me suis attardée aussi à cette maison d’édition que je ne connaissais pas, je me suis rendue sur le site, à part le nom de Nelly Arcan — que je n’ai jamais lue—, je ne connais personne. Nom à retenir donc pour qui cherche éditeur : Marchand de feuilles>>>

Je continue la lecture et je me demande d’où sort cet auteur pour être si différent. Comme Fred Pellerin avec ses contes. À quelles écoles sont-ils allés ces jeunes hommes pour écrire de manière singulière ? Aux mêmes écoles pourtant desquelles sortent tous ces élèves dont on dit qu’ils ne savent pas écrire. Où ont-ils puisé cette fantaisie, cet amalgame de phrases qui m’étonnent et me ravissent à la fois. Par la nouveauté, la fraîcheur, le rythme aussi. Les adjectifs utilisés par les medias sur le site de l'éditeur sont tout à faits justes et mérités à mon point de vue. Même si mon point de vue ne compte absolument pas dans la balance!!!

Bref, j’aime et je poursuis.
(photo empruntée au site www.librairiepantoute.com)

3 commentaires:

  1. Marchand de feuilles publie des auteurs originaux. C'est leur enseigne. En plus, ils font un bon travail graphique, foi de mon chum à l'oeil spécialiste. La Massothérapeute sur la sellette du 15 mois de La Recrue est de cette maison et La Bar-Mistva de Samuel, du mois de mai, aussi.

    Et c'est vrai que je suis plus le stylo que le pinceau même si je lis le pinceau, je sais moins quoi en dire. Je garde et regarde dans ma tête.

    RépondreEffacer
  2. Ne vous en faites pas, moi aussi je suis plus stylo que pinceau, surtout pour la production. Si je regarde souvent les tableaux, je ne saurais pas en faire un. Mais j'aime en discourir. C'est rendu que je connais plus les noms des artistes peintres que des auteurs, je me fais honte à moi-même!!!

    RépondreEffacer
  3. Le décor a changé ici! Très très beau, j'aime beaucoup!
    Pour le Marchand de feuilles, ils ont une ligne éditoriale qui me plaît beaucoup! C'est nouveau et rafraîchissant!
    J'adore Eric Dupont. Il me reste son dernier à lire. Je suggère aussi Françoise De Luca et Michèle Plomer. Deux auteurs coup de coeur!

    RépondreEffacer